Adjectif : analyses et recherches sur les TICE

Revue d'interface entre recherches et pratiques en éducation et formation 

Barre oblique

Les TICE et l’éducation musicale

samedi 20 avril 2013.


par Stéphane Gumez

Cette brève présente trois textes et une vidéo qui permettent de comprendre comment les TICE peuvent être mises au service de l’éducation musicale.

Dans son texte « Musique et informatique », Hélène Charnasse (1988) critique des méthodes d’éducation musicale en France. Elle observe que, sur le plan informatique, le langage musical pose deux problèmes essentiels : la saisie des données musicales (qui était rendue possible grâce à un système de codage complexe ou grâce à l’usage d’un clavier électronique) et l’édition des textes musicaux sur imprimante qui, il y a encore peu de temps, ne permettait pas l’écriture du solfège (dièse, bémol, croche, double croche, etc.).
Elle fait donc le constat « qu’en matière d’enseignement, l’éducation musicale assistée par ordinateur n’est pratiquée en France que de façon irrégulière et expérimentale dans les lycées » (p149). Cela est surtout dû au manque de sensibilisation de la part des principaux intéressés (enseignants et étudiants), l’absence de stages adaptés ou de moyens financiers.

Concernant le Canada et sur le site « carrefour-éducation », Claude Frenette (2009) explique comment les TICE peuvent être mises au service de la musique dans les établissements.

Il liste des logiciels en MAO (Musique Assistée par Ordinateur) comme « Finale » ou « Sibelius » qui offrent la possibilité d’écrire des partitions et de pouvoir les écouter au fur et à mesure de l’écriture.
D’autres logiciels permettent de composer « des boucles », comme « GarageBand » ou « Ableton ».

Une boucle est un motif musical qui peut se répéter à volonté. Il existe des boucles mélodiques et des boucles rythmiques de différents styles : rock, jazz, rap, techno, etc. Les élèves, lors d’un exercice de création, peuvent donc choisir des boucles selon leurs goûts, leurs envies et les monter bout à bout sur le logiciel pour donner une composition tout à fait personnelle et originale.

Pour les élèves les plus experts, il est possible grâce à des logiciels comme « Cubase » ou « Logic Pro » de travailler le son des instruments et des voix, piste par piste.

En création sonore, il devient intéressant d’apprendre en s’amusant grâce à des logiciels comme « Hyperscore » ou « Metasynth » qui permettent de dessiner le son. Les jeunes élèves peuvent alors faire une relation entre le geste, la couleur et le son grâce à des compositions qui exploitent les contrastes de formes et les couleurs.

Le texte de Vincent Maestracci, « L’informatique au service des objectifs de l’éducation musicale » (1994), nous indique qu’en éducation musicale, la présence d’outils informatiques, en constante évolution, ouvre « des dimensions supplémentaires à la pédagogie mise en œuvre » (p109). En associant informatique et pédagogie, l’enseignant, qui aura reçu « une formation adaptée » (p109), serait en mesure d’atteindre ses principaux objectifs et pourra « donner une dimension créative, si difficilement accessible autrement, aux cours d’éducation musicale » (p109) tout en se dégageant des méthodes traditionnelles. Chanter et écouter sont deux activités dans lesquels « l’enseignant éprouve les plus grandes difficultés à motiver son public » (p112). Avec du matériel, comme un synthétiseur ou un séquenceur, l’enseignant a la possibilité d’« adapter l’accompagnement du chant au progrès réalisés ou aux difficultés rencontrées » (p113).

Enfin, dans une vidéo tirée du site du CNDP (Alain Berthet, 2007), nous pouvons constater l’engagement d’une classe de troisième dans un travail pluridisciplinaire sur le thème du métissage. Avec l’aide du chanteur-rappeur Passi, ils ont crée une chanson rap. « Le matériel mis a disposition des élèves durant ces séances (postes en réseau, plate-forme collaborative, cahier de texte électronique, interface grand écran), l’exploitation de sites internet (acquisition de samples et de boucles libres de droits pour la création), l’usage de logiciels libres (éditeurs de sons tels que Audacity) ont permis d’élaborer, de structurer et de mener à terme l’ensemble du projet ». Les élèves ont pu apprendre comment récupérer des mp3 sur internet, à les transformer dans d’autres formats, à créer des mélodies, à exploiter, modifier et rassembler des données. Ce qui a développé chez les élèves des savoir-faire qu’ils pourront réutiliser dans différentes situations de travail.

Références

Charnasse Hélène (1988). "Musique et informatique". Bulletin de l’EPI (Enseignement Public et Informatique), (50), 142–154. En ligne

Maestracci Vincent (1994). "L’informatique au service des objectifs de l’éducation musicale". Revue de l’EPI (Enseignement Public et Informatique), 73 (1994) 109-119. En ligne

Ressources associées

Berthet Alain (2007). "Création musicale collective et TICE". Vidéo de 7min46. Retrieved from http://www.cndp.fr/agence-usages-tice/temoignages/creation-musicale-collective-et-tice-1119.htm

Frenette Claude (2009). "La musique et les TIC. Retrieved" from http://carrefour-education.qc.ca/dossiers/la_musique_et_les_tic


 

Accueil | Abonnement | Contact | | Statistiques du site | Mentions légales

ISSN : 2610-1920 - Site réalisé avec SPIP 3.2.11