Logo universités

Analyse et recherche sur les TICE Barre oblique

Revue critique des courants de recherche en TICE

Dernier ajout : 13 avril 2008.

La recherche sur ce qu’on appelle désormais les technologies de l’information et de la communication en éducation (TICE) dépend évidemment au premier chef du développement technique, ainsi que des initiatives (publiques ou privées) visant à implanter et diffuser des outils technologiques dans les systèmes d’éducation et de formation. Elle dépend aussi des priorités politiques fixées par les institutions chargées d’orienter et de contrôler la recherche publique.

Le travail mené sur la structuration et les orientations de la recherche dans le cadre du projet adjectif montre la pérennité de certaines problématiques : la plupart des grandes questions intéressant les chercheurs sur les technologies éducatives dans les années 60 persistent encore aujourd’hui (quelle efficacité des technologies dans l’apprentissage ? Quels impacts sur l’organisation de l’enseignement et de la formation ? Quelles formes efficaces de programmation didactique ?…). Il en va de même pour les méthodes de recherche. Pourtant, des évolutions sont perceptibles.

Ainsi, certains courants ayant fait l’objet d’une attention relativement conséquente dans le passé (comme la didactique de l’informatique), et qui avaient pratiquement disparu paraissent faire l’objet d’un renouveau, avec néanmoins un déplacement notable : on est passé d’une focalisation sur l’informatique elle-même (et en particulier l’algorithmique et la programmation) vers une centration sur les enjeux didactiques des nouveaux outils logiciels. Dans le champ informatique, la modélisation des interactions didactiques et des « objets pédagogiques » connaît une nouvelle dynamique, renouant avec des intérêts de recherche anciens pour la programmation didactique.

D’autres questions sont nouvelles ou sont posées de manière nouvelle, et en particulier celles qui s’intéressent aux impacts de l’instrumentation informatique sur l’apprentissage de différentes disciplines et sur les modes de communication interpersonnelle. On peut aussi citer les problématiques prenant en compte le social et le politique (relativement aux types de partenariat public-privé mis en place, aux rapports entre ce qui se passe à l’école et le parascolaire (avec en particulier la question de l’accompagnement scolaire). L’émergence de questions liées aux différentes formes de « fracture numérique », qui ont une acuité particulière dans les pays pauvres, est également à noter.

S’agissant de méthodes, si un certain nombre d’approches « classiques » restent en usage (en particulier tout ce qui relève de l’expérimentation avec groupe témoin), en revanche une évolution vers des approches qualitatives est tout à fait notable.

Accueil | Abonnement | Contact | | Statistiques du site | Mentions légales

ISSN : 2610-1920 - Site réalisé avec SPIP 3.0.20 [22255]