Poster un message

En réponse à :

Langues, formation et technologies numériques. Regard sur la recherche francophone.

mercredi 29 octobre 2008 par Jacques Béziat

Journées scientifiques RES@TICE 2007 à Rabat


Langues, formation et technologies numériques. Regard sur la recherche francophone.


Jacques Béziat (DYNADIV - Université de Limoges)
Enrica Piccardo (LIDILEM, Grenoble 3 - IUFM de Grenoble)

Résumé
Ce texte s’inscrit dans le cadre de la recherche ADJECTIF(1), soutenue par le programme RES@TICE(2). L’objectif de cette recherche est de produire une base de ressources sur la recherche TICE francophone, en forme d’analyses et de synthèses. Cette communication, quant à elle, présente l’étude que nous menons sur les mémoires universitaires francophones traitant de l’enseignement du français langue étrangère soutenu par les technologies de l’information et de la communication. Cette étude, qui porte sur un échantillon particulier, doit nous permettre de modéliser la structure d’organisation des ressources collectées pour l’ensemble du module « Langues, francophonies et TICE » d’ADJECTIF.
Mots-clés
TICE, FLE, francophone, formation, langues, recherche, méthodologie


1/ Un cadre de travail
Cette communication s’inscrit dans le cadre de la recherche ADJECTIF(3), soutenue par le programme RES@TICE(4). Elle est articulée avec la communication faite par G.-L. Baron, E. Dané et F. Thibault(5) à ce séminaire. L’objectif de notre recherche est de produire une base de ressources sur la recherche TICE francophone, en forme d’analyses et de synthèses.
Le choix d’évoquer, au sein de cette recherche, la question des TICE et de la francophonie répond au fait que les réseaux et instruments numériques offrent de nouvelles opportunités pour la diffusion et l’enseignement des langues. De fait, il semble que l’avenir et le développement des langues se jouent aussi dans leur capacité à investir les espaces numériques. Il y a donc de réels enjeux à s’interroger sur les actions de diffusion, de production, de promotion, de conservation, d’apprentissage des langues en appui avec des moyens numériques.
Nous sommes ainsi amenés à confronter différents cadres de références pour pouvoir évoquer un champ de pratiques dont les mutations suivent celles de nos sociétés numériques, ainsi que celles des instruments et des valeurs qu’elles produisent. À terme, ce module « Langues, francophonies et TICE » espère pouvoir présenter des usages émergents, et les confronter aux problématiques de recherche, afin de susciter de nouvelles questions quant à l’évolution des pratiques de langues et pédagogiques portées par des moyens numériques, au sein des espaces francophones et au delà.

2/ TIC et langues
Il est commun de constater que les technologies de l’information et de la communication répondent à différents besoin en matière de formation. Pour l’enseignement des langues, nous pouvons avoir recours à des didacticiels, des dictionnaires et des bases de données électroniques, par la synthèse vocale, à des aides à la compréhension orale et à la prononciation, à l’utilisation intégrée de tous les contenus audiovisuels, à des outils de production et de manipulation de textes, à des ressources authentiques sur Internet, à des cours d’autoformation en ligne, à la communication à distance, synchrone ou asynchrone, entre apprenants, avec des natifs de la langue à apprendre ou avec d’autres personnes ressources… Ce qui fait dire à Atlan (2000) que les TIC, pour l’enseignement du FLE, intervient sur les tâches et les supports de formation, ainsi que sur les formats des contenus d’apprentissage.
L’enseignement des langues possède une tradition d’usage des technologies éducatives avec l’audiovisuel et les laboratoires de langues. Dans le champ éducatif, Cohen (1987, 1992) fait état de travaux de recherche et d’application autour de la synthèse vocale au service de l’apprentissage de la langue écrit et orale pour des publics non francophones dès les années 1980. Pourtant, Kern (2006) ne situe qu’au début des années 1990, aux Etats-Unis, les premiers projets et les premières recherches sur la communication assistée par ordinateur (CMO) au service des cours de langues. Ces premières études relevaient que la CMO donnait plus d’occasion de s’exprimer, plus de temps pour concevoir les idées (plus grande précision de l’expression), un contexte d’apprentissage plus riche en terme de fonctions langagières, un esprit de collaboration et d’encouragement, un diminution de l’anxiété liée à l’expression en langue étrangère. Cerquiglini (2004) quant à lui, évoque le double avantage des outils informatiques : leur efficacité concrète en terme d’accessibilité aux ressources et de mise en commun des cours ; le deuxième, plus symbolique, se pose en terme de survie des langues nationales en jouant le jeu de la modernité par leur activité sur les réseaux.
Gerbault (2002), dans son travail d’enquête auprès d’institutions culturelles francophones dans le monde (519 répondants), note à son tour que les TIC satisfont aux exigences d’accès aux ressources de traduction et de formation en langue. De plus, les cours en ligne, la communication à distance et les logiciels de formation encouragent l’autonomie des apprenants. D’une manière générale, l’offre de formation s’adapte mieux à la demande avec le déploiement des moyens informatiques de formation en langue. Cette demande s’exprime à travers la motivation des utilisateurs, le besoin d’accès à la culture et de contact avec d’autres francophones. Deux-tiers des personnes interrogées par Gerbault déclarent leur désir d’autonomie ou un sentiment de sécurité vis-à-vis d’Internet. Autrement dit, un des enjeux serait de mieux flécher les ressources de formation disponibles pour des apprenants qui choisissent d’apprendre le français. Ainsi, le déploiement des moyens informatiques d’apprentissage des langues, entre autre sur les réseaux, travaille en faveur de la diversification des compétences en langues vivantes. Cette accélération est d’autant plus visible que les nouveaux outils semblent s’implanter rapidement. Pour Gerbault, la flexibilité engendrée par les TIC et l’urgence des besoins d’apprentissage sont de « puissants moteurs poussant vers l’adoption des innovations que représente l’accès à l’offre de français par les TIC ».

La question du développement des moyens numériques d’apprentissage des langues est indissociable de leur rayonnement et de leur influence. Les travaux de recensement des locuteurs de chaque langue sur Internet, quels que soient les problèmes méthodologiques liés à ce type d’études, expriment tous la même chose : sur les 6000 langues environ du monde, seule une douzaine d’entre elles sont vraiment présentes sur Internet avec 98 % des pages web (Paolillo & al., 2005, FUNREDES, 2005). Le caractère polyglotte d’Internet est donc très relatif, et la présence d’une langue sur le réseau renvoie davantage à sa position dans la hiérarchie des langues du monde. La question du politique est donc au coeur du développement des langues par et pour les réseaux numériques.
Diki-Kidiri (2007) relevant que la diversité linguistique est en déclin, et constatant que les TIC ont un rôle clé dans les transformations linguistiques, exprime deux de leurs potentialités contradictoires : elles peuvent être un véhicule important de communication entre et à l’intérieur des communautés linguistiques ; elles peuvent être un facteur aggravant de la marginalisation des langues. Pour Diki-Kidiri, il est donc nécessaire d’assurer l’existence de communautés d’utilisateurs instruits dans leur langue pour que vivent les langues dans le cybersespace. Pierre (2007) parle de technologies diffusantes pour les langues. Elles ne le sont probablement que pour les mieux dotées.

3/ Finalités du module ressource sur les langues et les TICE
Une des finalités du module « Langues,francophonies et TICE » du portail ADJECTIF porte sur la mise en perspective à la fois de l’usage des TICE en francophonies, et leurs articulations avec l’enseignement, la présence et la diversité des langues. Pour ce faire, nous constituons une base de ressources faites de recherches, d’études et de pratiques de terrains en cherchant à repérer des travaux universitaires, institutionnels, associatifs, praxéologiques, idéologiques, pédagogiques … A ce titre, les initiatives sont nombreuses et renvoient à des offres de formations académiques, à la production de ressources telles que des bases de textes, de données linguistiques ou culturelles, des dictionnaires contributifs de langues et à synthèse vocale…
L’intégration de ce module dans le portail de ressources se fera de deux manières : une intégration dans la base de ressources générale d’ADJECTIF, et une organisation du module avec un accès structuré aux ressources. Ce module s’organise en trois axes : 1/ Présence des langues sur les réseaux numériques 2/ Pratiques de langues, pratiques pédagogiques, supports et contenus numériques 3/ Diversité culturelle, pédagogie interculturelle et réseaux numériques.

4/ Regard sur la recherche francophone
La présentation méthodologique que nous faisons ici concerne la recherche de travaux universitaires pré-doctoraux, doctoraux et post-doctoraux. Nous sommes encore à l’heure actuelle dans une phase de constitution du corpus, notamment pour les travaux pré-doctoraux concernant les langues étrangères, et les travaux produits hors de France. Cette focalisation sur une partie du corpus de ressources renvoie à la nécessité opératoire de modéliser l’appareil critique qui permettra l’organisation finale du module sur lequel nous travaillons.

Modalités de collecte
Afin de constituer notre revue de ressources de recherche, nous avons fouillé dans les bases disponibles, la principale étant le catalogue SUDOC(6), mais aussi les bases spécialisées telles que sur les sites de la revue ALSIC(7), de la VST(8) (INRP), de STICEF(9) (ATIEF), d’EDUTICE(10) (TEMATICE). Nous fréquentons aussi les sites web universitaires pour repérer la disponibilité éventuelle de travaux de DEA, DESS et master 2.
Quand les moteurs de recherche existent sur ces sites, nous proposons comme mots clés, en plus de langue, langues, FLE, FLS, plusieurs déclinaisons instrumentales liées aux TIC : multimédia, internet, réseaux, blogue, distance, hypertexte, virtuel, web, ENT, TICE…

Critères retenus
Les critères d’entrée dans le corpus ont été déterminés en fonction des finalités de la base de ressources que nous constituons : nous cherchons à voir quelles questions de recherches sont suscitées par le développement des usages des TIC pour l’enseignement des langues, et plus particulièrement du FLE/FLS pour tous les niveaux scolaires. Nous nous intéressons aux mémoires universitaires pré-doctoraux, aux thèses et HDR.

Méthode de traitement
La base de travail constituée comprend les références des travaux collectés, leur résumé et leurs mots clés. Nous travaillons donc, dans un premier temps, sur les descripteurs disponibles pour évaluer la nature du travail et la congruence avec nos critères d’entrée dans la base de ressources. Il y aura lecture intégrale des textes quand le corpus sera établi. Toutes les thèses sont accessibles au minimum par le réseau des bibliothèques universitaires, sur microfiches ou par prêt inter-universitaire, au mieux sur Internet quand ils sont consultables en ligne.

Caractéristiques de l’échantillon
Nous avons, pour le moment, repérés 78 travaux, produits entre 1989 et 2006, et répartis comme suit :

- 10 mémoires pré-doctoraux (liste très incomplète, le repérage est encore en cours), 68 thèses et HDR.

- 52 travaux sur l’enseignement des langues étrangères et 26 travaux sur le FLE (listes encore en cours d’élaboration).

- Parmi les 26 concernant l’utilisation des TIC en FLE : 20 viennent des sciences du langage et de la linguistique, 4 de la didactique des langues, 1 de l’informatique et 1 des sciences cognitives.
Quant aux thèses en cours déclarées sur le fichier central des thèses(11) : 5 semblent s’intéresser à l’influence des TIC sur l’enseignement du FLE (4 en sciences de l’éducation, 1 en sciences de l’information et de la communication). D’un point de vue quantitatif, on peut noter une progression du nombre de travaux concernant l’influence des TIC sur l’enseignement FLE depuis moins de 10 ans. D’un point de vue disciplinaire, les sciences du langage et la didactique sont des disciplines d’accueil privilégiées pour ce type de recherches.

Limite et portée de l’échantillon
L’objectif de cet échantillonnage est de produire un cadre d’organisation du module « Langues, francophonies et TICE » du portail ADJECTIF. Nous l’avons dit, l’échantillon constitué se limite au français langue seconde ou étrangère en lien avec les TIC. Nous avons, pour le moment, écarté tous les travaux de recherche sur les technologies numériques au service de la langue de scolarisation. Une des finalités de notre recherche est de faire état, aussi, de cet ensemble de travaux : les TIC au service du français langue première.
Nous le soulignons par ailleurs dans ce texte, il reste encore à renforcer cette première base de ressources de tous les travaux francophones hors de France. De plus, nous ne travaillons, pour le moment encore, que sur certains descripteurs des travaux repérés. La base stabilisée, nous engagerons un travail de lecture plus approfondie des travaux recueillis.
La recherche même des travaux universitaires se heurte à la disponibilité, à l’accessibilité et la fiabilité des bases de recensement des mémoires déposés. La brève analyse que nous proposons ici n’a donc qu’une valeur exploratoire.

5/ Des entrées dans la recherche
A la lecture des résumés des travaux collectés, un premier ensemble de problématiques, en référence à la didactique, se donnent pour objectif d’étudier les conditions optimales d’introduction des TIC en cours de FLE, de fournir des propositions méthodologiques : le courrier électronique (Kakari, 2002)(12), le clavardage (Yun, 2005), Internet en tant que ressource hypermédia (Remon, 1999, Diamantidaki, 2005, Velasquez Herrera, 2003), une plateforme de e-learning en cours intensif de français (Bosch Irizarry, 2006). Un autre ensemble de questions de recherche, en sciences du langage, s’intéressent aux contenus et à l’impact des images médiatiques, aux modalités de présentation et d’usage des images numériques (Billaud Viallon, 2000, Ferraz Sailler, 2004).
D’une manière plus générale, une série de recherches font état des spécificités des moyens multimédias en FLE : dégager les atouts et les contraintes de l’intégration des outils multimédias dans les contextes de formation linguistique (Berdugo Torres, 1999) ; analyser les pratiques et évaluer les besoins des apprenants en matière de documents authentiques et de leur accessibilité (Alves de Moraes, 2005) ; analyser les potentialités des TIC au service de la compréhension orale de la langue (Merhy, 2006). Sous cette approche, nous trouvons aussi des travaux qui engagent de front la question de l’évolution des pratiques de formation en FLE sous l’influence des TIC (Farjah, 1998, Kartal, 2004).
Nous retrouvons, dans cet échantillon de travaux universitaires, des recherches sur les apports des TIC quant aux opportunités de production qu’elles offrent aux apprenants d’une part, dans le cadre de production collaborative et créative (Piccardo, 2003) d’une part, et aux équipes de formation d’autre part. Ainsi, parfois sous forme de recherche-action, nous trouvons des projets de développement d’environnements informatiques pour l’aide à l’apprentissage du vocabulaire (Rodrigues, 2005), l’aide à l’acquisition de l’écrit (Michel, 2006, Audras, 2006). Sur ce registre, certaines recherches ont pour vocation à développer des projets de formation à la lecture et la recherche sur Internet (Yatsenko, 2006), des méthodes, des ressources ou des sites spécialisés (Selva, 1999, Nie, 2002, Lee, 2006)
Au delà des approches outils évoquées ci-dessus, un certain nombre de recherche s’intéressent à la personne et à son activité individuelle ou relationnelle en formation en langue. Ainsi, pour une meilleure efficacité dans l’apprentissage, les variables individuelle (cognitives, stratégiques, représentations) sont prises en compte dans un cadre didactique (Spiezia, 2001), on cherche aussi à comprendre les modalités de collaboration entre pairs (Dejean-Thircuir, 2004). Enfin, un ensemble de travaux repérés mettent au coeur de leur problématique la question interculturelle. Ainsi, par exemple, les technologies de l’information et de la communication permettent de proposer une pédagogie adaptée à des publics dont les systèmes d’écriture ne sont pas alphabétiques (Yong, 2005), permettent la formation interculturelle des enseignants (Orchowska, 2005), aussi d’engager des processus d’enseignement interculturel en cours de FLE (Xu, 2005). D’une manière générale, la recherche en FLE avec les TIC dans les thèses et mémoires prédoctoraux, du moins ceux cités ci-dessus, traitent : de la relation éducative et l’évolution des modèles de formation ; des nouvelles opportunités de développement de ressources et d’outils pédagogiques ; de l’autonomie de l’apprenant, soit rendue possible, soit davantage soutenue ; de l’articulation entre les caractéristiques de la langue et les nouvelles opportunités de présentation et d’accompagnement pédagogiques ; de l’apport d’Internet au service d’une pédagogie interculturelle.
Pour être complet, en l’état actuel de la recherche, nous devons dire que nous cherchons sur les bases de données disponibles sur Internet pour la Suisse(13), le Canada(14) et la Belgique(15). Nous avons pour le moment repérés trois travaux qui entrent dans notre cadre : sur la conception d’un système d’apprentissage multimédia interactif (Belyazid, 2000), sur l’utilité du correcteur orthographique dans la révision de textes (Belyazid, 1995), et sur l’intégration d’Internet en classe de FLS (Sinclair, 1999).

6/ Des tendances pour la recherche
Sur la base des résumés des travaux que nous avons repérés, émergent 5 points d’ancrage pour la recherche : 1/ les approches pragmatiques ; 2/ les approches instrumentales ; 3/ les approches « paradigme éducatif » ; 4/ les approches ressources ; 5/ les développements axiologiques.
Les approches pragmatiques font référence aux travaux qui s’intéressent aux adaptations des cours de FLE avec l’entrée des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement, à l’évaluation et à la régulation des contraintes imposées par une telle intégration, ainsi qu’au développement de nouveaux outils de formation.
Les approches instrumentales s’intéressent à la compréhension des effets dans le choix de tel ou tel support de formation, de tel ou tel type d’outil... Proches des moyens pédagogiques mis en oeuvre, les méthodologies utilisées relèvent de l’analyse de pratique, du comparatisme, ou de l’évaluation des résultats pédagogiques. La nature et la performance de l’outil sont au centre d’intérêt de ce champ de questions.
Les approches du type « paradigme éducatif » s’intéressent davantage à la compréhension des modèles pédagogiques d’accueil des pratiques d’enseignement en FLE soutenues par les technologies de l’information et de la communication. Dans ce cadre, sont discutées la relation enseignant/enseigné, le niveau d’autonomie des apprenants dans la tâche, le rapport des pratiques présentées aux modèles éducatifs canoniques (transmissif, behavioriste, constructiviste…).
Les approches ressources témoignent de l’évolution, de l’accessibilité, de la multiplicité, de l’intégration, de l’actualité et de la diversité des ressources pédagogiques permises par les technologies de l’information et de la communication. Ces nouvelles opportunités de ressources renvoient à des questions sur la gestion des contenus pédagogiques, sur leur évaluation, sur leur production par les formateurs ou en situation collaborative d’apprentissage, de leurs modalités d’usage…
Les développements axiologiques engagent la réflexion sur l’appréciation et la définition de nouveaux enjeux, des nouvelles finalités liés à l’emploi des technologie de l’information et de la communication en classe de FLE. Plusieurs niveaux de discussion ont lieu dans ce cadre : quelle évolution pour la didactique du FLE ? En quoi les TIC peuvent-elles être au service de l’interculturel, autant pour les apprenants que pour la formation des formateurs ? Quelles liens et quelles ruptures entre les pratiques traditionnelles de l’audiovisuel en classe de langues et les pratiques avec le numérique ?…
La définition de ces points d’ancrage pour la recherche préforme l’organisation de notre portail qui inclura l’ensemble des ressources collectées : références bibliographiques, études institutionnelles, recherches, sites web, témoignages de pratiques… Nous recherchons bien la confrontation entre les pratiques de terrain, les approches empiriques et les travaux de recherche. Nous espérons, au terme de cette recherche, pouvoir faire un état des lieux de l’action et de la réflexion quant à l’influence des TIC sur les pratiques de formation en langues.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
ATLAN Janet. L’utilisation des stratégies d’apprentissage d’une langue dans un environnement des TICE. In Alsic, vol. 3 n° 1, 2000. p. 109-123 [en ligne] http://alsic.ustrasbg.fr/Num5/atlan/alsic_n05-rec3.htm [réf. Du 11/07/2007]
BARBOT Marie-José, COMBES Yolande. Technologies : ouverture d’espaces de possibles, pour qui ? In Le français dans le monde. Recherches et applications, numéro spécial janvier 2002. p. 183-192
CERQUIGLINI Bernard. Les outils informatique. In Les études françaises. Séminaire international, ADPF, 2004. p.179-182
COHEN Rachel (dir). Les jeunes enfants, la découverte de l’écrit et l’ordinateur. PUF, 1987.
COHEN Rachel (dir). Quand l’ordinateur parle... PUF, 1992.
DEMAIZIERE Françoise, NARCY-COMBES Jean-Paul. Méthodologie de la recherche didactique : nativisation, tâches et TIC. In Alsic, vol. 8, 2005. p. 45-64 [en ligne] http://alsic.ustrasbg.fr/v08/demaiziere/alsic_v08_14-rec8.htm [réf. Du 11/07/2007]
DIKI-KIDIRI Marcel. Comment assurer la présence d’une langue dans le cyberespace ?UNESCO, 2007.
FUNREDES. En quelles langues parle Internet ? Union latine, 2005 [en ligne] http://dtil.unilat.org/LI/2005/index_fr.htm [réf. Du 15/05/07]
GERBAULT. Technologies de l’information et de la communication et diffusion du français : usages, représentations, politiques. In Alsic, vol. 5 n° 2, 2002. p. 183-207 [en ligne]
http://alsic.u-strasbg.fr/Num09/gerbault/alsic_n09-pra1.htm [réf. Du 03/05/2007]
KERN Richard. La communication médiatisée par ordinateur en langue : recherches et application récentes aux USA. In Le français dans le monde. Recherches et applications, n° 40, juillet 2006. p. 17-29
LE BRAY Jean-Emmanuel. Description de l’usage des nouvelles technologies dans l’apprentissage des langues. Le français dans le monde. Recherches et applications, numéro spécial janvier 2002. p. 37-44
PAOLILLO John & al. Mesurer la diversité linguistique sur Internet. UNESCO, 2005.
PIERRE Jocelyn. La langue au coeur du numérique. Les enjeux culturels des technologies de la langue. Délégation générale à la langue française et aux langues de France, 2007 [en ligne] http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/publications/TAL/langue_num%E9rique.pdf [réf. du 27/09/2007]
POTHIER Maguy. Multimédia, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langues. Ophrys, 2003.
POTOLIA Anthippi, MOCHET Anne-Marie. Mutations des supports, mutations des pratiques. Le français dans le monde. Recherches et applications, numéro spécial janvier 2002. p. 26-36
TARDIF Jacques. La contribution des technologies à l’apprentissage : mythe ou réalité conditionnelle ? In Le français dans le monde. Recherches et applications, numéro spécial janvier 2002. p. 15-25
VERONIQUE Daniel. Langue première, langue seconde, langue étrangère… In : de Robillard Didier, Beniamino Michel (dirs.) : Le français dans l’espace francophone, Tome 1, Honoré Champion éditeur, 1993. p. 459-470

Notes
1 - www.adjectif.net
2 - http://www.resatice.org/
3 - www.adjectif.net
4 - http://www.resatice.org/
5 - BARON Georges-Louis, DANE Eric, THIBAULT Françoise. La recherche francophone sur les TICE.Pluralisme référentiel et diversité des pratiques. Présentation du projet Adjectif aux journées Rés@tice 2007 à Rabat.
6 - http://www.sudoc.abes.fr/
7 - http://alsic.u-strasbg.fr/
8 - http://www.inrp.fr/vst/
9 - http://sticef.univ-lemans.fr/
10 - http://edutice.archives-ouvertes.fr/
11 - http://fct.u-paris10.fr/index.jsp
12 - Les auteurs cités dans cette section sont en référence sur www.adjectif.net
13 - Pas de base centrale. Bases de données parfois disponibles sur les sites universitaires suisses.
14 - Portail de thèses Canada : http://www.collectionscanada.gc.ca/thesescanada
15 - Projet BICTEL/e : http://edoc.bib.ucl.ac.be/


Accueil | Contact | En résumé | | Statistiques du site | Crédits photo | Visiteurs : 378781

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License