Adjectif : analyses et recherches sur les TICE

Revue d'interface entre recherches et pratiques en éducation et formation 

Barre oblique

Pratiques et représentations de l’écriture par les jeunes

mercredi 23 avril 2014.


On entend parfois dire que les jeunes ne savent plus écrire depuis l’avènement des réseaux sociaux et autres innovations techniques aménageant des espaces d’écritures pour lesquels les codes, les règles des genres discursifs restaient à inventer.

Cela peut évoquer ce que B. Lahire a nommé L’invention de l’illettrisme :
"le « isme » fait ainsi passer de l’individuel au collectif, du particulier au général, de l’expérience singulière au phénomène de masse, bref au problème social qui appelle des solutions publiques, politiques" (Lahire, 2005 : 61).

Un dossier du site Eduscol paru en ce début d’année, présente une synthèse de deux travaux de recherches récentes portant sur les pratiques et les représentations de l’écriture par des jeunes :

  • Clément-Schneider, É. (2013, octobre 17). Économie scripturale des adolescents  : enquête sur les usages de l’écrit de lycéens. Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication. Université de Caen. Consulté à l’adresse http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00911228
  • Leporcq, C., Siroux, J.-L., & Draelants, H. (2013). Pratiques et représentations juvéniles de l’écriture à l’ère d’internet. Les Cahiers de recherche du Girsef, (94), 22.

Ces travaux invitent à la construction de conceptions plus nuancées au sujet des modes d’appropriation de l’écriture par les jeunes, de leurs pratiques et de leurs rapports aux normes orthographiques en fonction des espaces d’expressions et des situations.

Référence associée :

Lahire, B. (2005). L’invention de l’illettrisme  : rhétorique publique, éthique et stigmates. Paris : La Découverte.


 

Accueil | Abonnement | Contact | | Statistiques du site | Mentions légales

ISSN : 2610-1920 - Site réalisé avec SPIP 3.0.20 [22255]