Adjectif : analyses et recherches sur les TICE

Revue d'interface entre recherches et pratiques en éducation et formation 

Barre oblique

Le C2i2e, quels processus de changements ?

lundi 14 avril 2014.


Par Julie Marsin

En avril 2009, lors du colloque « Éduquer aux nouveaux médias, ça s’apprend ! », une table ronde interroge les pratiques des jeunes avec les nouveaux médias. L’un des invités, David Assouline, sénateur et auteur du rapport « les nouveaux médias des jeunes libérés ou abandonnés », insistait sur le fait que l’Éducation Nationale, face aux nouvelles technologies, devait se donner les moyens de ses ambitions et disait qu’en 2009 l’action reposait sur des « engagements très particuliers, très volontaristes » et ajoutait « On doit passer à quelque chose qui imprègne l’ensemble de l’Éducation Nationale, qui soit obligatoire et qu’on y donne donc tous les moyens » (Vidéo - 19min06sec)

Ne retrouve-t-on pas cette idée d’obligation dans le fait que le C2i2e, sigle pour Certificat Informatique et Internet de Niveau 2 Enseignant, expérimenté depuis 2005 en France, devient obligatoire en 2012, pour tous les candidats ayant réussi les épreuves du Concours de Recrutement des Professeurs des Écoles ?

Pour laisser le temps à cette nouvelle mesure de se mettre en place et aux étudiants de s’y adapter, les volontés institutionnelles ont été quelque peu assouplies. En effet, le décret du 23 août 2013 a modifié l’exigence du précédent texte de loi.

« Les candidats ayant subi avec succès les épreuves d’un des concours organisés au titre des sessions 2012, 2013 […] peuvent être titularisés nonobstant l’absence de détention du certificat de compétences en langues de l’enseignement supérieur ou du certificat de compétences en informatique et internet » (article 62).

Ils devront néanmoins, dans les trois ans à compter de la date de leur titularisation, suivre les formations nécessaires afin d’obtenir l’équivalence de ces compétences.

Dans leur article « Conditions des genèses d’usage des technologies numériques dans l’éducation » (Assude et al., 2010), les auteurs évoquent plusieurs types de frein, tel que les résistances « didactiques ». Certains professeurs ne verraient pas l’utilité d’intégrer les TICE et d’élaborer une didactique associée « Les réfractaires disent : "On a une didactique établie qui ne tient pas compte des TICE et il n’y a pas de raison qu’on en change" » (p 9).

Leurs représentations des outils informatiques entraineraient également une résistance sociale car ils douteraient de leur efficacité dans les apprentissages : « Cette représentation peut se transformer en résistance sociale ou personnelle surtout de la part des professeurs qui ne sont pas du tout convaincus du gain apporté » (p 10).

Par ailleurs, le caractère obligatoire d’utiliser les TICE provoquerait chez eux une réticence au changement : « Il y a aussi des résistances personnelles au « trop de changements » : si la distance est trop grande entre ce qui est fait jusqu’alors et ce que les changements induisent, beaucoup de professeurs peuvent s’avérer réticents » (p 11). Néanmoins, « l’insertion sociale des technologies dépend moins des qualités techniques ou des performances de l’objet que des significations d’usage que les usagers projettent et construisent sur le dispositif technique » et « la valeur ajoutée évoquée renvoie clairement dans les discours à l’amélioration de la réussite scolaire »(p11).

Les universités ne peuvent s’adapter aux exigences institutionnelles liées aux TICE sans mener une réflexion approfondie en termes de place des technologies éducatives dans les cursus et en termes d’approches pédagogiques et didactiques notamment dans les master à visée d’enseignement. Comment ces formations permettront aux futurs enseignants une appropriation allant au-delà de l’utilisation personnelle des technologies afin de les exploiter avec les élèves ?

Références

ASSUDE Teresa, BESSIERES Dominique, COMBROUZE Delphine et LOISY Catherine (2010) Revue Sticef.org, Volume 17, 2010, PDF, 15 pages, [en ligne] Consulté le 01/03/2014

Références Associées

CRDF Versailles, (2009) « Enseignants et journalistes, médiateurs incontournables de l’information et de la connaissance », tournée lors du colloque « Eduquer aux nouveaux médias, ça s’apprend ! », InterTICE le 01/04/2009, Vidéo, durée : 1h34min29sec, produit par WebTv [en ligne] Consultée le 25/03/2014

JORF n° 0198 du 27 août 2013 page 14475 – Texte n°2 - Décret n°2013-768 du 23 août 2013 relatif au recrutement et à la formation initiale de certains personnels enseignants, d’éducation et d’orientation relevant du ministre de l’éducation nationale – NOR : MENH1315260D - article 62 – [en ligne] Consulté le 02/03/2014


 

Accueil | Abonnement | Contact | | Statistiques du site | Mentions légales

ISSN : 2610-1920 - Site réalisé avec SPIP 3.0.20 [22255]