Tendances et équipes

DOCUMENT DE TRAVAIL ÉVOLUTIF
dimanche 4 mars 2007 par Georges-Louis Baron
Laboratoires et équipes : à propos de la structuration du milieu

 

Laboratoires et équipes de recherche en TICE :
à propos de la structuration du milieu

G-L Baron

ADJECTIF, MODULE 1

Document de travail ; 3/03/07


AVERTISSEMENT : le texte suivant était en 2007 considéré comme une ébauche. En 2015, il est désormais le témoin d'une situation peut-être moins révolue que ne pourrait le laisser penser la distance temporelle

 

Comme il a été remarqué dans une autre contribution, le milieu de recherche sur les TICE est fractionné, pluridisciplinaire, ouvert sur l'innovation et assez évolutif. Une des composantes de ce milieu est francophone, c’est à dire qu’elle a en commun l’usage du français. Est-elle pour autant homogène ? La réponse est négative. Les communautés la composant dépendent d’instances en surplomb, locales, provinciales ou nationales, dotées d'un pouvoir d'affiliation et d'attribution de moyens. On relève en fait une double influence de l’appartenance disciplinaire et des traditions nationales (par exemple, les traditions didactiques françaises se démarquent des traditions nord-américaines de la conception pédagogique). C’est plutôt dans un deuxième temps, à partir de la participation à des projets communs, qu’on voit se constituer des rapprochements et des alliances, entre les groupes travaillant dans différents cadres nationaux.

Nous allons dans la suite présenter une brève réflexion sur ces structures de légitimation, puis nous proposerons quelques pistes d'analyse relativement aux thèmes et orientations de recherche actuels.

Laboratoires, équipes, réseaux : considérations générales

Les institutions susceptibles d’accueillir légitimement la recherche sont de différents types en fonction de leur place dans un milieu assez stratifié.

Les laboratoires existent en général pendant des durées assez longues, en fonction de processus de reconnaissance par des autorités ayant pour mission de structurer la recherche. Ils offrent, pour une durée contractuelle (généralement 4 ans), une affiliation aux personnes qui en relèvent. D'un point de vue scientifique, les laboratoires sont rarement très homogènes et jouent plutôt un rôle administratif : la tendance actuelle est en effet au regroupement de personnes relevant d'une même grande discipline afin d'atteindre une certaine « masse critique ». Ils jouent un rôle très important dans le domaine de la formation doctorale, véritable artère nourricière de la recherche, qui forme les jeunes et assure la transmission du savoir faire et des connaissances vers l’aval.

Dans la mesure où la recherche est toujours focalisée, les chercheurs se regroupent, au sein du laboratoire, en équipes définies par une orientation commune et ayant en général une identité administrative moins forte. Elles sont parfois à leur tour divisées en sous équipes organisées autour d'un ensemble limité de responsables de formation doctorale.

Il existe également des structures moins pérennes, plus labiles, définies par la participation commune à un projet financé pour une durée limitée : équipes en projet, projets pluri-formations, consortiums pour des projets européens… Ces équipes travaillent généralement sur un sujet qu'elles ont choisi, mais dans un répertoire qui leur a été imposé par le programme financeur (qui n’est pas forcément une organisation gouvernementale). Elles ne sont pas entièrement maîtresses de leur agenda.

Enfin, en particulier dans les domaines pluridisciplinaires à structuration faible, existent aussi des réseaux moins institutionnalisés s'intéressant à des aspects peu traités par la science reconnue, financés par des associations, des fondations ou des institutions supra nationales et dont le rôle est souvent important car ils facilitent des mouvements de fondation. Le réseau RESATICE est l'un d'eux. Une action comme le programme TEMATICE, responsable d'une archive ouverte francophone entre aussi dans ce cadre.

Grandes orientations de recherche

Du fait des changements de technologies, les thématiques et orientation de recherche ont évolué au cours du temps, en fonction de phénomènes de mode ou de priorités de financement (il en va ainsi pour le podcast, le Web 2.0…). Le fait pour un phénomène d'être à la mode et de susciter des financements pour la recherche n'est d’ailleurs pas une critique qu'on peut retenir contre lui : comme il a déjà été dit, l'agenda des chercheurs est souvent piloté de l'extérieur.

D’autres évolutions se rattachent à des mouvements lents et profonds, comme la prise en compte des approches constructivistes de l’apprentissage ou l’attention portée par les sociologues aux phénomènes de sociabilité en ligne. Enfin, certaines thématiques restent assez stables au cours du temps. Il en va ainsi de ce qui concerne l’intérêt pour l'efficacité des environnements technologisés d’apprentissage. L’analyse mettra ici l’accent sur trois ensembles de disciplines : l’informatique, les sciences cognitives et les sciences politiques.

Concevoir des environnements pour l'apprentissage

La recherche sur la conception d'environnements d'apprentissage est ancienne. Les informaticiens proposent des systèmes destinés à atteindre certaines fonctionnalités et étudient quels usages peuvent en être organisés. La recherche sur les environnements informatisés pour l’apprentissage humain (EIAH), héritière de la recherche sur l'enseignement assisté par ordinateur (EAO) occupe une place marquante dans le paysage. A base largement informaticienne, entretenant des liens avec le monde industriel, elle mobilise également d'autres chercheurs, en particulier des psychologues et des didacticiens. Les thèmes de recherche portent plutôt sur les nouvelles fonctionnalités à offrir aux apprenants. D’un point de vue épistémologique, il est possible de remarquer que les références à l’intelligence artificielle, beaucoup utilisées dans les années 80 pour créer des systèmes « tuteurs intelligents » ont évolué sensiblement : on est passé d’une modélisation à base de « règles de production » visant à refléter le fonctionnement d’un expert à des systèmes dits multi-agents, fonctionnant selon des principes de coopération et d’émergence de solutions à des problèmes.

Devant l’essor des formations ouvertes et à distance, une grande partie des activités de ce secteur a été consacrée à la réflexion sur les plates formes de formation. Enfin, la réflexion menée sur la conception de nouveaux instruments pouvant être mis à la disposition d’apprenants, dans la tradition des « micro-mondes » de S. Papert, se poursuit et conduit à proposer de nouveaux systèmes qui ne sont en général pas spécifiques à l’éducation. Peut-être, le plus spectaculaire de ces dernières années est relatif aux efforts pour reconfigurer les outils du web afin de les rendre plus adaptés à des activités coopératives et collaboratives (les travaux sur le web sémantique).

L’efficacité du recours aux TICE

Un intérêt substantiel est accordé, aux états unis d'Amérique, à l'efficacité des programmes éducatifs, notamment avec la mise en place par le gouvernement fédéral d'une institution destinée à analyser ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas : le « what works clearinghouse »[1]. Dans un contexte où les politiques insistent sur l’idée d’accountability (au sens de rendre des comptes, d’être comptable d’une situation), L'idée en est de répertorier, de manière systématique, les recherches menées et d'analyser dans quelle mesure elles satisfont aux prérequis permettant de conclure à une relation causale entre une méthode et des résulats à un test. Pour cela, un certain nombre de méthodes sont promues.

La première est l'expérimentation avec tirage aléatoire de sujets entre un ou plusieurs groupes expérimentaux et un groupe témoin. Dans ce type de recherche, on fait passer un prétest puis un post test aux différents groupes et on s'intéresse à la manière dont les résultats évoluent entre le premier et le second test. L'idée de base est que, si les deux groupes ont été constitués de manière aléatoire, ils sont équivalents en début d'action, ce qui fait que les résultats au post test peuvent être mis en relation avec l'action éducative.

La deuxième fait appel à ce qui est désigné sous le nom de méthodes quasi expérimentales. Parmi elles, une certaine classe de développe actuellement beaucoup. Ce sont des méthodes de régression multiple issues de l'économie dont on trouve exemple dans des études comme les tests PISA : on fait passer un test à une population et on étudie comment les résultats peuvent être mis en relation avec certaines autres variables en cherchant à ajuster les résultats observés à un modèle. Différentes variantes de ce type de méthodes sont repérables, en particulier celles qui reposent sur des modèles hiérarchiques linéaires. Dans cette orientation, on distingue entre plusieurs niveaux hiérarchiques (l’élève, l’école, le district) et on développe une modélisation adaptée (cf. ref).

On est donc là dans le cadre d'une recherche à visée d'évaluation de programmes éducatifs.

Approches didactiques

Dans la mesure où des logiciels instrumentent des activités d'apprentissage, les didactiques s'y sont intéressées. On peut ainsi, en particulier, citer les sciences, qui ont vu se développer de nouvelles instrumentations permettant un autre rapport à l’expérience, les mathématiques, où se sont répandus une série d'outils spécifiques et les secteurs techniques, où les instruments informatiques sont partie intégrante de la formation. Dans un autre registre, lié à la technologie éducative, les langues (et en particulier le français langue étrangère) entretiennent un rapport privilégié à l'utilisation de logiciels et de ressources informatisées.

Analyses d’usages éducatifs des technologies

Tout un ensemble de recherches s’intéressent moins à la didactique d’une discipline donnée qu’aux usages éducatifs des technologies, de différents points de vue ayant en commun un intérêt pour l’étude d’activités instrumentées. L’accent peut y porter plutôt sur les sujets apprenants, sur les contextes sociaux, sur les modifications de régime de fonctionnement d’institutions, sur les fonctionnalités des environnements techniques utilisés…

C’est dire qu’on y trouve aussi bien des chercheurs liés à la psychologie, à la sociologie, aux sciences de l’information et de la communication, voire parfois à l’informatique. Les références théoriques y sont assez composites ; il est frappant qu’on y retrouve souvent mention de la théorie de l’activité, telle qu’elle a récemment été diffusée par les chercheurs finlandais autour d’Y. Engeström. Cette théorie permet en effet d’étudier comment évoluent des systèmes d’activité.

A continuer

Cartographie sommaire

Dans le milieu de la recherche francophone sur les TICE on relève assez bien l'importance d'un certain nombre de centres bien établis, relevant d'institutions reconnues (en particulier des université), des équipes réunies autour de projets, ainsi que des réseaux émergents portés par des structures supra nationales.

Dresser un annuaire de ces centres et de ces réseaux serait une entreprise condamnée à une mise à jour fréquente ou à une obsolescence rapide. Ce serait également une entreprise à fort risque d'incomplétude. Les indications qui suivent, fondées sur un travail de repérage situé, ne visent pas l’exhaustivité. Elles cherchent plutôt à présenter de grandes orientations de recherche et des tendances. D'abord, on s'intéresse aux équipes rattachées à des institutions nationales puis on envisage brièvement les réseaux à base transnationale.

Equipes à implantation nationale

Il convient de garder en mémoire que les TICE et le e-learning font un peu partout l'objet d'un intérêt politique fort qui se reflète dans les projets de recherche et, parfois, dans la structuration des laboratoires. Cependant, peu de ces derniers sont explicitement destinés à la technologie éducative et au e-learning et les thématiques correspondantes relèvent en majorité du niveau des équipes.

Du point de vue des thèmes et des orientations théoriques, quatre ensembles principaux peuvent être identifiés, entretenant entre eux un ensemble multiforme de relations, le plus souvent autour de manifestations scientifiques pluridisciplinaires de synthèse.

1.    Le premier ensemble s'intéresse aux recherches de conception relevant de ce qu'on appelle actuellement les EIAH. Les équipes concernées sont le plus souvent rattachées à des laboratoires d’informatique. On peut citer, en raison de leur importance, le Laboratoire d’informatique de l’Université du Maine (LIUM), le laboratoire LEIBNIZ de Grenoble (maintenant dénommé laboratoire d’informatique de Grenoble – LIG), le laboratoire d’informatique de Paris 6 (LIP 6), le CUEEP de Lille, le LICEF de Montréal…

2.    Un deuxième ensemble d'orientations est rattaché à la « pédagogie » et se centre sur la technologie éducative et sur les modes de mise en œuvre de technologies. On peut ainsi citer (entre autres) le service de technologie de l’éducation de l’Université de Liège, l’Unité de technologie de l’éducation de l’Université de Mons-Hainault, le CRIPFE de l’Université de Montréal,…

3.    Un troisième ensemble est plutôt consacré à l'étude des phénomènes de communication instrumentée et relève principalement des sciences de l'information et de la communication. Le lien avec l'éducation est alors souvent moins central que dans le domaine précédent. Parmi les laboratoires de référence, on peut citer le LABSIC de l’Université Paris 13.

4.    Le quatrième ensemble, composite, n’est pas structuré de manière centrale autour des TICE. On y trouve des équipes de didactique spécialisée dans une discipline (y compris l'informatique car celle-ci est enseignée dans un certain nombre de pays), des équipes de psychologie et de sociologie de l'éducation ou s'intéressant aux problèmes éducatifs…

Les pays dits du Sud rencontrent des problèmes spécifiques d'amorçage liés au manque de moyens et de structures, à la nécessité de s'inscrire dans des programmes de financement pilotés par des programmes de coopération internationale dont l'offre, comme le relevait J. Wallet, peut avoir un côté foisonnant et présenter le caractère d'un puzzle dont les pièces ne s'emboîtent pas. L'enjeu, pour eux, est de construire progressivement leurs propres structures de régulation et d'impulsion de la recherche.

Réseaux transnationaux

Les réseaux transnationaux interviennent généralement selon un principe de subsidiarité par rapport aux instances nationales. Ils contribuent à une homogénéisation d’une partie du milieu

Parmi la mise en place d'actions visant à structurer un milieu francophone par la recherche, il convient noter en premier lieu la présence très forte de l'agence universitaire de la francophonie (AUF) et de son réseau RESATICE. Un ensemble d'autres initiatives souvent lancées à l'initiative de pays du nord, peuvent être cités. Parmi eux, le programme RESAFAD, maintenant achevé, le programme ROCARE, qui s'intéresse à l'intégration des TICE dans l'enseignement en Afrique…

Il est également possible de citer le rôle important du réseau Kaléidoscope, impulsé au niveau européen par des informaticiens.

 

Références bibliographiques

A intégrer

Laboratoires et équipes de référence

En informatique

LICEF. - Laboratoire d’informatique cognitive pour l’éducation et la formation. Télé-université de l’Université du Québec.

·      Ce laboratoire de référence a été fondé par Gilbert Paquette, pionnier de l’informatique cognitive. http://www.licef.teluq.uquebec.ca/francais/.

LIG. - Laboratoire d’informatique de Grenoble.

Le LIG se situe dans la lignée d’une série de laboratoires qui ont a joué un rôle important dans l’histoire de l’informatique. Il comprend plusieurs équipes s’intéressant à l’éducation :

·      Equipe METAH  - Modèles et Technologies pour l'apprentissage humain http://www.noe-kaleidoscope.org/group/metah/.

·      IAM. - Équipe de Didactique et l'Informatique pour l'Apprentissage des Mathématiques. http://www-iam.imag.fr/.

LIUM. - Laboratoire d’informatique de l’université du Maine.

·      Ce laboratoire a été fondé dans les années 1970 par Martial Vivet, un pionnier de l’intelligence artificielle. Un de ses thèmes est consacré aux Environnements informatisés pour l’apprentissage humain. http://www-lium.univ-lemans.fr/.

En éducation

Centre de didactique universitaire de l’Université de Fribourg

·      http://www.unifr.ch/didactic/new_didactic/modules/pages/index.php?pagenum=33.

CIVIIC. - Centre Interdisciplinaire sur les Valeurs, les Idées, les Identités et les Compétences en Éducation et Formation Université de Rouen

·      http://www.univ-rouen.fr/civiic/index.php?id=1001

CRIPFE. – Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante.

·      Il s’agit d’une structure fédérative dont certaines thématiques sont directement liées aux TICE. http://www.crifpe.ca/.

GRITI. – Groupe de recherche Internuniversitaire en Tutoriels intelligents (Université de Montréal et autres universités québécoises)

·      http://www.iro.umontreal.ca/labs/GRITI/.

STE. - Service de technologie de l’éducation de l’Université de Liège.Centre de Recherche sur l'Instrumentation, la Formation et l'Apprentissage

·      http://www.stecrifa.ulg.ac.be/

STEF. -. Sciences, techniques, éducation et formation. Ecole normale supérieure de Cachan – Institut national de recherche pédagogique.

·      Il s’agit d’une équipe mixte de recherche entre l’ENS de Cachan et l’INRP dont un axe concerne explicitement les TICE. http://www.stef.ens-cachan.fr/.

TECFA, Université de Genève

·      http://tecfa.unige.ch/.

UTE. - Unité de Technologie de l’Education de l’Université de Mons-Hainault.

·      http://ute.umh.ac.be/site_ute2/menu.htm.

Institutions nationales

INRP – Institut national de recherche pédagogique, service de la veille scientifique et technologique

·      http://www.inrp.fr/vst/

TEMATICE / EDUTICE

·      http://www.tematice.fr/

Réseaux transnationaux

Kaleidoscope : réseau d’excellence européen lancé dans le cadre du 6e programme cadre de recherche européen.

·      http://www.noe-kaleidoscope.org/

 RESATICE

·      http://www.resatice.org/

ROCARE - Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education

·      http://www.rocare.org/.




Accueil | Contact | En résumé | | Statistiques du site | Crédits photo | Visiteurs : 2171 / 1112976

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Archives  Suivre la vie du site Contributions de la première phase  Suivre la vie du site Revue critique des courants de recherche en TICE   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

Creative Commons License