Adjectif : analyses et recherches sur les TICE

Revue d'interface entre recherches et pratiques en éducation et formation 

Barre oblique

Communauté virtuelle de développement professionnel (CVDP) pour la qualité de l’encadrement de la recherche par les enseignants - chercheurs au Cameroun.

vendredi 23 octobre 2020 Marcelline Djeumeni-Tchamabé

PDF - 319.5 ko

Pour citer cet article :

Djeumeni-Tchamabé, Marcelline (2020). Communauté virtuelle de développement professionnel (CVDP) pour la qualité de l’encadrement de la recherche par les enseignants - chercheurs au Cameroun. Revue Adjectif, 2020 T4. Mis en ligne vendredi 23 octobre 2020 [En ligne] http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article542

Résumé :

L’économie d’aujourd’hui s’appuie sur les facteurs clés tels que l’accès à la connaissance, le talent et la créativité ; de nombreuses réformes ont été engagées ces dernières années au nom de l’efficacité et de la pertinence de la recherche universitaire. Or, malgré la permanence de ces réformes, l’enseignement supérieur africain ne parvient toujours pas à faire face aux défis de la compétition internationale. Dans cette étude, nous nous sommes intéressées aux communautés virtuelles de développement professionnel (CVDP) pour mieux comprendre comment les chercheurs se représentent ces communautés et comment elles peuvent améliorer les compétences d’encadrement de la recherche dans ce contexte. Une recherche qualitative menée auprès d’enseignants - chercheurs montre que les enseignants se les représentent comme des plateformes d’apprentissage en communauté pour faire face aux défis considérables de la recherche.

Abstract

Due to the fact that today’s economy relies on key factors such as access to knowledge, talents and creativity, many reforms have been initiated within these recent years in the name of the efficiency and effectiveness of university research. However, despite the permanence of these reforms, Africa higher education still cannot cope with the challenges of the international competition. In this study, we looked at virtual communities of professional development (VCPD) to better understand how they improve research leadership skills in this context. A qualitative research conducted with teachers-researchers shows the role of these VCPDs in facing the considerable challenges of the research.

Mots clés :

Cameroun, communautés virtuelles, enseignant-chercheur, enseignement supérieur, ingénierie de l’encadrement de la recherche, enseignants, chercheurs, Afrique subsaharienne francophone, communauté virtuelle de développement professionnel.

Keywords :

research supervision, teachers-researchers, French-speaking sub-Saharan Africa, virtual community of professional development

1. Introduction

Les Universités africaines ont largement intégré les Technologies de l’Information et de la Communication en Éducation (TICE) pour remplir leurs missions d’enseignement, d’appui au développement et de recherche (Djeumeni et al, 2014). S’agissant de cette dernière, la question de l’utilisation des TIC et de son apport en recherche a été abordée par plusieurs auteurs. Karsenti, Komis et Depover (2009, p.11) affirment qu’elles permettent de « faire plus, de faire mieux, faire autrement, faire seul ou à plusieurs ». Plusieurs recherches ces vingt dernières années se sont intéressées aux compétences en pédagogie universitaire des enseignants–chercheurs (De Ketele, 2010) ou à leurs compétences de recherche pour leurs propres publications ; et on connaît bien l’expression « publish or perish » dans l’enseignement supérieur. Par contre, peu de recherches se sont intéressées aux compétences d’encadrement des enseignants-chercheurs et au développement professionnel d’encadrement des étudiants-chercheurs.

Dans un contexte de CVDP, nous avons, dans une approche qualitative, mené des entretiens semi-directifs auprès de plusieurs cohortes d’enseignants universitaires (n = 24) constitués en une communauté virtuelle et engagés dans un dispositif de formation en pédagogie numérique. Nous avons voulu comprendre quel sens les répondants donnent à ces dispositifs de développement professionnel et comment ils se les représentent. Pour répondre à cette question, notre analyse abordera d’abord le concept de communautés virtuelles de développement professionnel chez les enseignants interrogés, ensuite la méthode qui nous a permis d’atteindre nos objectifs et enfin les résultats obtenus.

2. Les communautés virtuelles de développement professionnel (CVDP)

La recherche scientifique au Cameroun aspire à être plus attractive et compétitive (MINESUP, 2019). La qualité des recherches à cet effet est visée dans le but de contribuer effectivement au développement économique. Une évaluation de la conformité des recherches menées par l’Enseignement Supérieur (ES) montre que sur six dimensions (conditions préalables à la qualité, intégrité, rigueur méthodologique, exactitude et fiabilité, fonctionnalité et accessibilité) dans l’ensemble, les recherches sont soit non conformes (NC) ou presque conformes (PrC), aucun critère n’étant conforme(c) (MINESUP, 2019). Cet état de choses a des conséquences sur la professionnalité des chercheurs dans l’ensemble et sur l’encadrement à la recherche des jeunes chercheurs. Le tableau ci-après présente la situation de la recherche :

Tableau 1 : Évaluation de la qualité des recherches dans l’Enseignement Supérieur

06 dimensions de la qualitéCameroun
Conditions préalables à la qualité (Contexte institutionnel dans lequel s’inscrit le processus de recherche) NC
Intégrité (qui repose sur le respect du principe d’objectivité- professionnalisme, transparence, considérations éthiques- dans la collecte, le traitement et la dissémination des statistiques)
PrC
Rigueur méthodologique (Application des normes, principes ou bonnes pratiques acceptés au niveau international)
NC
Exactitude et fiabilité (Les données brutes et les techniquesstatistiques sont justes et les produits statistiques brossent un tableau suffisamment complet de la réalité). PrC
Fonctionnalité (Les statistiques sont pertinentes, à jour,cohérentes et soumises à une politique de révision préétablie). PrC
Accessibilité (Les utilisateurs ont facilement accès auxdonnées et aux métadonnées, et une assistance adéquate leur est fournie.) PC

Sources : Rapports diagnostiques de l’ISU

Légende : NC (Non Conforme) : score au plus égal à 25 % ; PC (Peu Conforme) : score compris entre 25 et 50 % ; PrC (Presque Conforme) : score compris entre 50 et 75 % ; C (Conforme) : Score supérieur à 75 %.

Or, l’accessibilité des chercheurs aux ressources sur la recherche et une assistance adéquate quand, elles leur sont fournies, leur permettent de développer des compétences de recherche et d’encadrement de la recherche. C’est dans ce contexte, que les communautés virtuelles de développement professionnel ont été créées et se définissent comme des communautés visant principalement le soutien au développement de l’analyse critique et des habiletés de résolution des problèmes méthodologiques par la collaboration en ligne (Karsenti, Fortin et Larose, 2002).

Celles – ci sont fondées sur une démarche d’apprentissage par action finalisée en fonction de projets souvent multidisciplinaires incluant la résolution des problèmes et basée sur la collaboration/coopération entre les membres (Daele et Charlier 2002, p.23, p.202). Les enseignants engagés dans les communautés adoptent des attitudes de collaboration qui favorisent la réussite des étudiants – chercheurs. Trois pratiques d’encadrement, affirme Chevrier (2006), favorisent la réussite dans les projets de recherche. Ce sont : le questionnement, la démonstration et la réalisation des tâches. Elles favorisent la réflexion et l’expérimentation sur les différentes dimensions de la recherche (Pierre, 2009). En questionnant leurs pratiques, les enseignants s’intéressent à un apprentissage communautaire pour un meilleur encadrement des étudiants – chercheurs.

Par ailleurs, ces communautés leur offrent la possibilité de développer des compétences d’encadrement de la recherche concernant la supervision, l’accompagnement, le suivi ou le coaching à apporter à un étudiant-chercheur dans la réalisation de son projet de recherche qui peut être un mémoire, une thèse, un rapport, une monographie etc… . L’encadrement de la recherche a pour but, en effet, l’expérience d’apprentissage supervisé d’un étudiant-chercheur (Belanger, 2000), et vise le développement des compétences de recherche chez les supervisés. Il permet le passage entre la théorie et la pratique (Lendardt, 1993).

Dans ce cas, l’encadrement ne se substitue pas à la formation en méthodologie de la recherche, mais la complète. Les cours de méthodologie de la recherche sont enseignés comme une unité d’enseignement à part, affectés de crédits ; même si de façon transversale, la méthodologie est traitée dans les autres disciplines des étudiants inscrits en cycle Master (M) ou Doctorat (D). Ainsi, certains éléments théoriques peuvent être revus lors du suivi des apprenants et selon les besoins de ces derniers ; mais l’essentiel demeure la relation d’aide de l’encadreur, pour amener l’encadré à traiter des conflits personnels face à un projet de recherche. Encadrer ne va donc pas de soi ; celui-ci suppose une maîtrise de compétences d’accompagnement de la part du superviseur. Ces derniers utilisant la collaboration/coopération et ses possibilités pour se développer professionnellement.

Mieux, le contexte de travail a une grande influence sur l’apprentissage (Chevrier, 2006). Dans un contexte généralisé de difficultés liées au manque de ressources (humaines et économiques), ces dispositifs en ligne offrent aux enseignants – superviseurs l’accès aux ressources numériques pour la coopération tels que des : fils de discussions (Daele, 2005), réseaux d’échanges, moteurs de recherche, bases de données en ligne et services de messagerie électronique, ceci dans le but de créer des ressources utiles pour conduire collaborativement des projets (Wallet, 2007).

Les enseignants - chercheurs camerounais supervisent souvent plusieurs étudiants – chercheurs dès leur recrutement dans une Université. C’est ainsi que pour mener cette étude, nous avons depuis 4 ans assuré la formation des enseignants-chercheurs dans un module intitulé « Pédagogie Numérique Universitaire (PNU) », dans le cadre d’une certification dénommée CertNumSup [1]. Il s’agit d’un dispositif de préparation des enseignants-chercheurs à la mise en ligne des cours. Le dispositif comprend une plateforme de formation ; des forums ; des sites d’échanges en ligne, sur la plateforme et sur WhatsApp ; une liste de diffusion et un répertoire téléphonique. Dans chaque cohorte, nous avons administré un questionnaire ouvert à six répondants volontaires sur quatre ans, soit 24 répondants que nous avons associés à une CVDP en ligne. Ces différentes cohortes étaient constituées de plusieurs catégories d’enseignants aux profils et grades variés (assistants, chargés de cours, maître de conférences et professeurs).

Nous avons divisé ces répondants en trois catégories d’acteurs. Pour Baron (1995), ces professionnels peuvent être regroupés en trois catégories. La première catégorie est celle des responsables hiérarchiques, administratifs et pédagogiques, les directeurs et chefs d’écoles doctorales (…) ; ils ont un double rôle de représentant local de la tutelle administrative, de régulation et d’animation des activités de recherche. Ils disposent de moyens pour rendre accessible les outils TIC ; ils ont une autonomie relative leur permettant de susciter des actions innovantes et de favoriser ou de freiner leur extension. La seconde catégorie concerne les enseignants - chercheurs en poste. Ils sont quant à eux, des acteurs réels de la recherche, ont des moyens d’action importants, puisqu’ils prescrivent aux étudiants - chercheurs avec l’autorité de leur position, des usages personnels et pédagogiques intégrant ou non les technologies. Enfin, la dernière catégorie d’acteurs, il s’agit de toute une série d’acteurs intermédiaires exerçant, parfois hors des universités : conseillers pédagogiques à différents niveaux, inspecteurs, tuteurs qui accueillent les étudiants-chercheurs dans leur institution et leur transmettent quelques conseils méthodologiques sur leurs recherches lors de leur stage ou enquête de terrain. A la limite, tous les enseignants porteurs de l’innovation, sont souvent appelés à jouer des rôles de ce type.

La figure ci-après représente la structure de la recherche dans les facultés de l’Université de Yaoundé I

Figure 1 : Structure opérationnelle de la recherche universitaire

Source : Organigramme opérationnel de recherche des facultés des universités d’Etat du Cameroun (2012)

Tous les acteurs de cette structure sont d’abord des enseignants – chercheurs avant toute charge administrative. La CVDP se présente ainsi comme un facteur de puissance selon Rhety Rar et Izz, (2011), car selon lui, elle favorise la définition rigoureuse et simple de la recherche ; améliore le degré d’explicitation entre les membres ; favorise une fonction permanente de médiations, des transactions méthodologiques avec cohésion et solidité dans la communauté et une prise en charge des régulations entre les acteurs.

C’est un instrument utilisé pour un accompagnement réflexif de l’enseignant-chercheur, lui permettant de lier à la fois coaching, mentorat et tutorat, et d’utiliser des mécanismes et stratégies pour répondre à la demande des étudiants-chercheurs. Les paramètres suivants soulignés par Belanger (2000) sont nécessaires dans ce cas : être capable de créer un climat d’échanges dans l’apprentissage et savoir communiquer les savoirs acquis pour pouvoir appuyer l’étudiant-chercheur dans ses apprentissages. Dans un contexte d’internet, l’encadrement peut s’appuyer sur les outils et ressources technologiques, permettant au directeur de recherche de se perfectionner en permanence et de combiner un accompagnement opérationnel en temps réel à un processus de développement entièrement sur mesure (Lendardt, 1993). La question qui se dégage alors de cette réflexion et qui a retenu notre attention est la suivante : quel sens les répondants donnent-ils à ces communautés virtuelles de développement professionnel et comment se les représentent-ils ?

3. Méthodologie de l’étude

Cette étude a adopté un devis qualitatif et une approche exploratoire compréhensive, parce qu’elle a eu pour objectif général de mieux comprendre dans un premier temps le sens que les répondants donnent à la CVDP et ensuite comment ces enseignants – chercheurs de différentes catégories qui en sont membres se représentent celle-ci. Un guide d’entretien pour recueillir des informations a été élaboré. Ce guide comprend trois thèmes administrés pendant quatre ans. Nous avons brièvement décrit ci-dessous l’outil d’enquête que nous avons utilisé comme instrument de collecte des données.

Nous avons eu un guide d’entretien semi-directif qui comportait une note introductive et trois thèmes avec des questions ouvertes. Le thème 1 s’intéressait au sens que les répondants donnent à la CVDP. Ce thème premier nous a permis de collecter des données concernant les membres, les dispositifs utilisés et les ressources numériques auxquelles les enseignants- chercheurs participant à la communauté avaient accès. Le thème 2 portait sur les compétences d’encadrement : il a été question ici de recueillir les informations sur l’essentiel des activités menées afin d’en déduire des compétences mobilisées, les buts recherchés et les produits créés pour l’amélioration des compétences d’encadrement chez des enseignants – chercheurs. Un troisième thème s’est intéressé aux représentations des répondants et aux perspectives qui s’y dégagent dans l’optique de maîtriser des conditions futures à prendre en compte en vue d’envisager des actions anticipées pour une CVDP efficace.

Pour chaque répondant, la durée d’entretien était d’environ 40 minutes. L’analyse des données issues de ces entretiens a été effectuée avec l’aide de l’analyse des contenus selon l’approche de L’Ecuyer (2001). Les données transcrites ont fait l’objet d’une codification en EC+n (EC est égal à Enseignants – Chercheurs affecté d’un numéro allant de 1 jusqu’à 24 dans chaque catégorie). Ensuite, elles ont été analysées et classées dans un tableau récapitulatif comprenant des données sur des outils utilisés par les membres du dispositif, des activités menées, de l’occurrence de ces activités par rapport au sens donné à celles-ci pour le développement professionnel. Les représentations ont été identifiées et les perspectives mises en exergue par la suite.

4. Résultats et discussions

Les résultats montrent que 6 répondants sont de sexe féminin, ce qui reflète les sources du Ministère qui stipulent que le nombre des femmes est inférieur à celui des hommes dans l’enseignement supérieur au Cameroun (DSCE, 2018). 3 répondants occupent des postes de responsabilités dans la recherche. Les professionnels enseignants – chercheurs sont plus des assistants (n = 12) et chargés de cours (n = 8) que des personnes du grade de professeur (n = 4), même si toutes les catégories se retrouvent dans l’échantillon. Il y a effectivement plus d’intérêt marqué par les plus jeunes enseignants – chercheurs à la pédagogie universitaire numérique que les autres. Il faut dans ce cas noter que dans la carrière d’enseignant –chercheur au Cameroun, il faut en moyenne 13 ans pour accéder au grade de professeur titulaire. Le tableau ci- après décrit la synthèse des résultats des outils de collaboration et de coopération utilisés dans les activités des acteurs engagés dans une CVDP.

Tableau 2 : Récapitulatif des principaux résultats de l’exploitation des entretiens

Outils de collaboration utilisés en CVDPLes activités de développement professionnelObjectifs d’utilisation
Banque de données en ligne De réfléchir à la contribution que les TICs peuvent leur apporter dans l’encadrement,D’indiquer la façon dont ils peuvent aider les enseignants - chercheurs à comprendre les processus de la recherche et à les appliquer,Décrire le fonctionnement et le but des outils spécifiques de la recherche dans leur discipline Coopération bien plus sur les sites gratuits pour les échanges d’adresses sur les banques de données en ligne
Fils de discussion Les enseignants ont besoin d’être capables d’utiliser des ressources en réseau,Accéder à des informations à partir des échangesCommuniquer avec d’autres chercheursAnalyser et résoudre ensemble les problèmes de recherche identifiés Facilitation de la collaboration, outils renseignés comme étant les plus utilisés par téléphone, ordinateur ou tablettes
Forum Savoir communiquer les savoirs acquis Plusieurs forums en parallèles motivés par les intérêts scientifiques
Plateforme Pouvoir appuyer l’enseignant-chercheur dans ses apprentissages. Collaboration et coopération autour des thématiques ; démonstration et questionnement pour comprendre les scenarii de cours.
Réseaux sociaux Permettent de mener un travail collaboratif, développer constamment leur pratique réflexive de l’apprentissage de la méthodologie de la recherche Collaboration à 2 ou plusieurs en utilisant le synchrone et l’asynchrone
Messageries écrites Peuvent être utilisées avec souplesse dans une grande diversité de situations orientées vers la résolution de problèmes et la réalisation de projets de recherche. Plus fréquent quand la coopération implique surtout une requête ou une demande formulée à l’avance.
Voice messages Pour pouvoir décrire le fonctionnement et le but des outils d’aide à la planification et à la conception, les utiliser concrètement pour créer et planifier leurs propres activités de recherche,Gérer les demandes d’aide des chercheurs Utilisation, collaboration et démonstration

D’après ce tableau, divers outils en ligne permettent aux acteurs engagés en coopération de mener des activités de développement professionnel des enseignants-chercheurs ayant pour objectifs l’encadrement des étudiants - chercheurs. Dans les lignes suivantes nous présentons en détail les résultats.

4.1 Thème 1 : Le sens que les répondants attribuent à la CVDP.

Dans cette session, nous avons analysé les outils déclarés par les répondants comme donnant sens à leurs activités. D’après eux, les banques de données en ligne, les fils de discussion, les réseaux sociaux, la messagerie, forum et plateforme et Voice messages sont les outils les plus utilisés par les acteurs engagés dans la CVDP.

4.2 Les outils de collaboration en CVDP utilisés par les enseignants - chercheurs

Les outils utilisés par les enseignants – chercheurs pour collaborer et coopérer sont variés et de plusieurs ordres comme le présente le tableau ci-dessus. Ce sont des outils en ligne pour communiquer, comme les messageries et appels.

« J’appelle souvent certains collègues avec lesquels je travaille sur ces questions d’encadrement chaque fois que j’ai des soucis ou si quelque chose ne va pas entre temps ; sinon nous avons programmé 04 à 05 rencontres en ligne durant l’année académique et ça dépend aussi des situations. » affirme le répondant EC18. Dans le même sens, un autre répondant affirme : « Le SMS coûte moins cher et est rapide. Il a plusieurs avantages oui ! Ce système me permet de consulter à temps et à enregistrer les contributions sur mon ordinateur et cela se passe très bien. Malgré cela, je préfère appeler mon collègue à qui je demande une information parce que quand j’envoie le SMS, je me dis souvent qu’il pourrait ne pas le voir pour plusieurs raisons ; je sais qu’un chercheur peut avoir beaucoup à faire. C’est plus sûr. »

Il y a les cas de combinaison d’outils selon les avantages et le soutien que l’enseignant-chercheur tire de ceux-ci. Les collaborations autour des banques de données d’outils en ligne seront utiles pour les enseignants – chercheurs dépendamment de l’accès aux ressources pour les recherches dans lesquelles ils sont impliqués.

Les encadreurs, compte non tenu des champs dans lesquels ils sont engagés, ont affirmé collaborer selon leurs besoins d’encadrement. Ces besoins, de l’avis de l’ensemble des répondants, prennent en compte le cycle de la recherche. Pour ces répondants les besoins d’encadrement de la recherche varient selon les différents cycles de la recherche comme présenté dans la figure ci-après.

Figure 2 : Cycle de la recherche

Source : Ardouin (2012) adapté par le chercheur(2020) (Légende : Les activités qui sont en vert, représentent les niveaux de collaboration en CVDP : 1) la coopération pour l’accès aux ressources ; 2) la coopération pour faciliter par les discussions les processus d’encadrement ; 3) la coopération pour renforcer l’apprentissage et le soutien réciproque. Les flèches indiquent les différentes interactions entre communautés à chaque étape de la recherche.

Les 4 étapes de la démarche de la recherche compris dans le cycle de la recherche défini ci-dessus (Ardouin, 2012) sont : 1) la définition du problème, 2) l’argumentation théorique, 3) la validation empirique et 4) la synthèse finale. Les répondants ont affirmé que dans une démarche d’acquisition de compétences d’encadrement, elle leur permettent de : 1) se réserver du temps pour faire leur préparation à l’encadrement, 2) prévoir dans la durée la fréquence dans l’encadrement, 3) structurer leurs rôles, fonctions, droits, devoirs et objectifs selon l’institution dans laquelle ils exercent, 4) s’entraîner à avoir un rapport constructif avec l’étudiant – chercheur dans l’apprentissage de la recherche (A Rhety Rar, Izzo, 2011) en utilisant sa communauté virtuelle et en interaction avec ses collègues. A cet effet, un responsable de la recherche affirme :

« Les enseignants - chercheurs doivent être plus ouverts au dialogue et même nous doyens, la CVDP sert à ça, il faut quand même savoir s’entraider, parler et s’appeler entre nous pour que les étudiants – chercheurs bénéficient bien de la communication. » EC2

Pour les enseignants – chercheurs, il se dégage plusieurs sens (outils de facilitation de la collaboration, forums motivés par l’intérêt scientifique, coopération et collaboration autour des thématiques de recherches) de ces communautés virtuelles de développement professionnel et de ceux-ci dépendent leurs représentations.

4.3 Le thème 2 : Des activités menées dans les CVDP afin d’en déduire des compétences d’encadrement de la recherche.

Il se dégage de l’analyse des données recueillies auprès des répondants que le sens qu’ils donnent à la communauté est varié. Ce sont des outils libres permettant l’accès à des ressources logicielles spécifiques, valides, aux spécificités, points de convergence de plusieurs chercheurs. D’après ces enquêtés, lorsque les ressources reflètent assez la diversité, il est plus facile de se les approprier comme outil pour la recherche scientifique. La dimension libre et ouverte des ressources est aussi importante que les échanges qu’elles permettent d’engager entre membres.

Selon la majorité des répondants, les activités des membres permettent de résoudre la question de la qualité des distances technologiques et de ressources au Sud (Wallet, 2007). Les compétences qu’ils ont identifiées comme acquises dans les CVDP pour l’encadrement des étudiants – chercheurs sont de trois ordres : ce sont les compétences partagées qui permettent aux membres d’être capables de créer un climat d’échanges dans l’apprentissage ; savoir communiquer les savoirs acquis ; pouvoir appuyer l’étudiant - chercheur dans ses apprentissages. Selon les répondants, l’activité de recherche est une activité limitée dans le temps. La qualité de l’encadrement de la recherche est une condition de l’engagement dans le travail et de la complétion incontournable de la thèse par les étudiants-chercheurs. Cette compétence d’encadrement est un facteur majeur de gain de temps et de réussite dans sa tâche.

Les répondants ont affirmé que la moyenne en termes de durée pour les mémoires de recherche de Masters est de 4 ans et 6,5 pour les thèses. Afin d’avoir une certaine maîtrise sur la durée et la qualité de la recherche, la collaboration aiderait l’enseignant-chercheur à améliorer les techniques de suivi et encourage les encadreurs à utiliser les TIC pour mettre en œuvre une politique de communication spécifique à la recherche qui comprend : un soutien à la participation aux équipes de recherche, manifestations / publications internationales ; une aide à l’insertion dans les réseaux internationaux, communications techniques portant sur la recherche

Dans le même sens, ce dispositif permettrait à l’enseignant-chercheur de transformer l’encadrement en une relation de médiation. La qualité du cycle de vie de la recherche dépend de cette coopération pour faciliter les habiletés et la motivation à l’encadrement de la recherche chez les enseignants – chercheurs.

Par ailleurs, de l’avis des répondants, les CVDP rendent les encadreurs aptes à soutenir les cycles de recherche et permettent de participer aux projets à vocation internationale, encouragent la formalisation et le développement de réseaux internationaux de recherche et favorisant chez eux le développement des moyens d’ingénierie professionnalisée (analyse stratégique et ingénierie de l’accompagnement) afin de permettre aux équipes de recherche de répondre activement aux besoins et aux demandes des étudiants-chercheurs. Ce qu’affirme ce répondant :

« La volonté de soutenir les étudiants-chercheurs doit passer par le développement d’une politique active et concertée d’encadrement et d’ancrage des chercheurs, avec un focus particulier sur l’amélioration des conditions de travail et de l’environnement de recherche pour un encadrement efficace : plateaux techniques, personnel d’accompagnement qualifié, dynamique scientifique de réseau, ouverture internationale des structures de recherche. Il faut aussi créer des conditions matérielles pour le chercheur et les étudiants – chercheurs en augmentant le nombre d’allocations de recherche pour eux ; développer le monitorat et le coaching individuel et collectif supporté par les TIC pour améliorer un ancrage dans la recherche qui fait tâches d’huile » EC11.

Dans l’encadrement de la recherche, offre des perspectives, avec des ressources de qualité, pour combler la distance des encadrements au Sud à l’utilisation effective des ressources numériques et des Ressources Electroniques Libres (REL) (Djeumeni, 2012). Les ressources logicielles ouvertes, collectives, complémentaires, plurielles adoptant des technologies et des ressources souples co-construites par des chercheurs de l’avis des répondants sont utiles à l’encadrement au Sud.

4.4. Les représentations de la CVDP par les enseignants – chercheurs.

Tous les répondants ont affirmé utiliser ce dispositif pour améliorer la qualité de la recherche. S’agissant de la qualité, Torres (1996) estime :

« Qu’on ne peut réduire purement et simplement la qualité à un ensemble de paramètres objectifs, inscrits dans la nature des choses et qu’il suffirait finalement d’identifier. Déterminer des critères d’excellence ou de perfection, c’est se référer à des critères préalables qui ne sont pas donnés objectivement, mais établis en termes de jugement de valeur. L’appréciation de la qualité reporte donc, tout autant qu’à un objet, à un sujet énonçant cette évaluation. »

C’est pourquoi, il introduit la notion de « cadre de référence » utilisé par le sujet qui se prononce sur la qualité d’un tel objet, d’un tel acte ou d’une telle personne : émerge alors l’idée d’évaluation « de la qualité ». Ces deux concepts d’évaluation et de qualité apparaissent en effet comme très liés dans la façon dont les enseignants - chercheurs apprécient la qualité de la collaboration et la coopération. Leurs représentations de l’encadrement y sont en effet mises en relation et interprétées à partir du cadre de référence normatif mobilisé en recherche dans l’enseignement supérieur.

Des ressources issues des banques de données suggérées par les participants concernant les CVDP ont montré que ces dernières ont un impact positif sur la recherche. Dans la mesure où l’économie du savoir aujourd’hui s’appuie sur les facteurs clés tels que l’accès à la connaissance, le talent et la créativité, de nombreuses réformes ont été engagées dans la recherche universitaire pour améliorer ses résultats. Travailler en ligne en collectif améliore pour nos enquêtés les compétences d’encadrement de la recherche universitaire et participe à renforcer la compétitivité internationale de l’enseignement supérieur. Elle pourrait être, sous certaines conditions, le principal levier du développement de la recherche.

5. Conclusion

À l’heure de la société de l’information, les TICs jouent un rôle indéniable dans le domaine de la recherche. La réflexion qui a retenu notre attention dans cette étude a consisté à mieux comprendre le sens que les répondants donnent des communautés virtuelles de développement professionnel et comment ceux-ci influençant leurs représentations. Les résultats d’une enquête longitudinale sur 4 ans par entretiens semi-directifs auprès de 24 répondants engagés dans des CVDP confirment la définition selon laquelle ce sont des dispositifs de collaboration et de coopération en ligne qui s’appuient sur plusieurs outils pour améliorer les compétences d’encadrement des enseignants-chercheurs en transformant leurs pratiques en une ingénierie de l’encadrement efficace pour la recherche scientifique. Du sens que les répondants leur donnent, dépendent les perceptions que ces derniers s’en font. Il est apparu en effet chez les enseignants-chercheurs interrogés que leurs représentations des CVDP comme réseau de partage, collaboration et recherche coopérative des moyens pour faciliter l’encadrement s’appuient largement sur les sens qu’ils donnent aux activités qu’ils mènent avec les outils qu’offre ce dispositif. Le fait d’être inscrit dans plusieurs communautés n’a pas semblé influencer leurs perceptions. En termes de perspectives nous avons résumé dans la liste qui suit les dimensions énoncées par les répondants pour le développement professionnel des enseignants-chercheurs dans l’amélioration de l’encadrement de la recherche. Ce sont :

  • Soutenir l’enseignant- chercheur dans la réalisation de ses tâches de gestion de l’encadrement ;
  • Améliorer le niveau d’encadrement pour réduire la durée des recherches ;
  • Favoriser le développement des interactions entre chercheurs dans, des, avec et à travers les CVDP ;
  • Créer un climat propice dans les Universités pour l’encadrement dynamique et efficace de la recherche ;
  • Apprécier les effets des interventions en counselings dans les CVDP ;
  • Diagnostiquer et recueillir les besoins des chercheurs en matière de perfectionnement de l’encadrement par les pairs ;
  • Rendre accessibles et sensibles chez les enseignants-chercheurs des règles de régie interne pour faciliter des habiletés nécessaires qui leur permettront de savoir encadrer correctement ;
  • Permettre à chaque enseignant-chercheur de disposer des ressources lui permettant de donner le meilleur de lui-même dans la réalisation de ses tâches d’encadrement ;
  • Fédérer tous les acteurs de la chaîne de recherche autour de l’encadrement complet des étudiants -chercheurs ;
  • Mettre à la disposition des enseignants chercheurs une démarche d’ingénierie pour la construction d’un projet holistique de ressources numériques pour les activités d’encadrement de la recherche.

Les conditions renseignées par les enquêtes pour le développement des CVDP par les enseignants-chercheurs sont : la formation des encadreurs, la révision régulière des acquis pour l’adapter au développement de la recherche ainsi que l’utilisation régulière des dispositifs numériques dans les pratiques d’encadrement, la poursuite de dotation des chercheurs en matériel informatique, l’électrification et la connexion des laboratoires. Ces conditions sont nécessaires à l’acceptation des outils car, comme l’affirme Baron (2007 : p.16) : « Pour que l’ensemble des acteurs acceptent l’usage d’outils dans les situations standards et que les décisions soient possibles, il ne doit plus y avoir de problèmes d’accès de ceux-ci » Par conséquent, même si l’enseignement supérieur demeure national, il ne peut néanmoins plus être limité par des frontières. Aussi, bien que l’on puisse relever un nombre limité de répondants, les perspectives de cette recherche consiste à élargir à un public plus grand et diversifié en prenant en compte l’évolution des pratiques d’encadrement dans de prochaines recherches.

6. Références bibliographiques

Agence Universitaire de la Francophonie, infothèque en ligne www.auf.org

Ardouin, T. (2012). Les capacités de l’organisation par les compétences individuelles, collectives et organisationnelles. In Renard L., Soparnot R., Les capacités de l’organisation en débat. Paris : L’Harmattan – Logiques sociales, pp. 71-102.

Baron, G-L. (2007). Les TICE au Sud. Repéré à www.Adjectif.net

Baron, G.-L. et Bruillard, E. (1996). L’informatique et ses usagers dans l’éducation. Paris : PUF

Belanger, J. M. (2000). Les éléments clés de la supervision avec Louise Villeneuve. Revue d’intervention sociale et communautaire, 6(1), 291-294.

Beziat, J. (2016). Les besoins de la recherche en TICE au Sud. Revue Frantice, vol spécial, 12- 13.

Chevrier, N. (2006). Etude descriptive des pratiques d’encadrement des tuteurs en entreprise qui favorisent l’apprentissage des stagiaires dans un programme de formation par alternance. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal.

Daele, A. et Charlier, B. (2002). La relation enseignant-chercheur en questions : un cadre de réflexion, une histoire, un cas. Communication à la 2e Biennale des chercheurs en éducation, Louvain-la-Neuve, 12 et 13 mars 2002. Repéré à http://www.det.Fundp .ac. be/ ada/docs/2002 cfwb.pdf>.

De Ketele, J.-M. (2011). La pédagogie universitaire : un courant en plein développement. Revue française de pédagogie [En ligne], 172(juillet-septembre 2010). Repéré le 20 juillet, 2020 à http://journals.openedition.org/rfp/2168

Djeumeni Tchamabe, M. (2012). Les ressources numériques et la formation didactique des enseignants francophones. Le cas du projet PANAF. Dans Conférence DIDapro,

Djeumeni Tchamabe, M. Nyebe, S. et Lamago, M. (2014). Annuaire des chercheurs en TICE en Afrique subsaharienne-Rapport. IFIC.

Girard, L. Laurin, P. et Pouliot, R. A. (1985). Supervision Pédagogique-Fascicules 1-2-6-8. Montréal : Ministère de l’Education, Direction générales des régions. Repéré à http: //ntic.org/guider/textes/normalisation/toulouse.html

Henard, F. (2011). Retenir la leçon : Etude sur l’enseignement de qualité dans l’enseignement supérieur. OCDE, Repéré le 12 avril, 2019 www.OECD.org

Karsenti, T. Fortin, T. et Larose, F. (2002). Les TIC et le défi de la formation pratique dans le cadre de la Réforme de l’éducation. Dans F. Larose et T. Karsenti (dir.) La place des TIC en formation initiale et continue : Bilan et perspectives. Sherbrooke/Paris : Éditions du CRP/L’Harmattan (sous presse).

Karsenti, T. Komis, V. et Depover, C. (2009). Les nouveaux outils et les nouvelles pratiques de recherche issus des Technologies de l’Information et de la Communication. Dans Depover, C. (Ed.) La recherche en technologies éducatves : Un guide pour découvrir un domaine en émergence. Paris : Distance et Savoirs.

Le Gouvernement du Cameroun, (2009). Document de Stratégie pour la Croissance et L’Emploi. Repéré à https://www.undp.org˃dsce

Lendardt, V. (1993). L’accompagnement individuel des dirigeants : le coaching. Éducation permanente, 91-104.

Ministère de l’Enseignement supérieur (2019) Discours du Ministre à l’occasion des vœux janvier 2019 Université de Yaoundé I

Nekpo, C. (1999). Education et Culture, tome 1. Porto-Novo : CNPMS.

Rhety Rar Vieux-Port, A. et Izzo, (2011). L’encadrement éducatif : Un paramètre de l’activité d’enseignement parmi d’autres… et dont la portée est essentielle. Repéré à http://www.eps.ac-aix-marseille.fr/formation/rhety_2011_encadrement_educatif.pdf

Tchounikine, P. (2009). Précis de recherche en Ingénierie des EIAH. Archives Ouvertes. Repéré à https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00413694v2

République du Cameroun (2009) Document De Stratégie Pour La Croissance Et L’emploi https:/Temp/DSCE-Version-finale-051009.pdf

UNESCO, (1996). Essor des Technologies de l’Information et de la Communication : une perspective UNESCO.Paris : Edition UNESCO.

UNESCO, (1997). Rapport Mondial sur la communication : les media face aux défis des nouvelles technologies. Edition UNESCO.

Voulgre, E. Wallet, J. et Baron, G.L. (2018). Technologies de l’information et de la communication et Sciences de l’éducation : regards historiques. Repéré à http://www.adjectif.net/spip/spip.php?articles 468

Wallet, J. (2007). Au risque de se passer des TIC (note de synthèse présentée en vue d’obtenir l’habilitation à diriger des recherches). Université de Rouen, France. Repéré àhttp://shs‐app.univrou

[1Certificat du Numérique pour le Numérique


 

Accueil | Abonnement | Contact | | Statistiques du site | Mentions légales

ISSN : 2610-1920 - Site réalisé avec SPIP 3.0.20 [22255]