Adjectif : analyses et recherches sur les TICE

Revue d'interface entre recherches et pratiques en éducation et formation 

Barre oblique

Étude exploratoire de la prise en compte des TICE dans les Écoles Normales d’Instituteurs (ENI) de Guinée

PDF - 130.1 ko

Pour citer cet article :

DIALLO, Diakaria ; DIAOUNE, Thierno Moussa ; SYLLA, Abdoulaye et DIALLO, Alfa Oumar (2019). Étude exploratoire de la prise en compte des TICE dans les Écoles Normales d’Instituteurs (ENI) de Guinée. Adjectif : Analyses et recherches sur les TICE, 2019 T1 Mis en ligne lundi 25 février 2019 [En ligne] http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article490

Résumé :

Dans une perspective de comprendre la prise en compte des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE) dans les Écoles Normales d’Instituteurs (ENI) de Guinée, quatre écoles sur huit ont été couvertes par la recherche en 2014. Cette recherche, de type exploratoire, s’est intéressée principalement à la dimension techno-pédagogique.

Le référentiel de compétences qui prône l’approche par les compétences (APC) n’est pas très précis sur la question d’intégration des TICE et pour cause : la notion d’intégration n’est jamais très claire là-dessus.

Il y a un écart entre ce qui est mentionné dans les modules de formation et ce qui devrait être en matière d’intégration d’une part, et ce que font les formateurs dans ce domaine d’autre part.

Mots clés :

Afrique subsaharienne, Formation des enseignants, Université

DIALLO Diakaria(1), DIAOUNE Thierno Moussa(1), SYLLA Abdoulaye(2), DIALLO Alfa Oumar(1),

  1. Institut Supérieur des Sciences de l’Education de Guinée, BP 795 Conakry, Guinée
  2. Université Gamal Abdel Nasser de Conakry. BP 1147. Conakry - Guinée RÉSUMÉ


Mots clés : TICE, Écoles Normales d’Instituteurs, référentiel de compétences, approche modulaire

Introduction

La recherche de la qualité des processus d’enseignement/apprentissage se révèle de plus en plus complexe et diversifiée à cause du développement rapide des TICs pour l’éducation ces dernières années. L’éducation de base, qui est un objectif cardinal du plan de développement de l’école en Afrique surtout au sud du Sahara dont la Guinée, se trouve toujours confrontée au problème de qualité. DIANE et al (2008 : 5) soutiennent qu’en Guinée, la formation à l’enseignement (…) a connu au cours des dernières années des transformations profondes soutenues par diverses initiatives. Des réformes ont mis l’accent à la fois sur une formation axée sur le développement des compétences pédagogiques et aussi sur une formation continue orientée vers le développement professionnel des enseignants. Des réflexions sur les apprentissages fondées sur l’approche modulaire ont été adoptées comme nouvelle exigence parmi lesquelles figure en bonne place :

  • un enseignement modulaire basé sur l’Approche Par les Compétences (APC) ;
  • un recrutement des bacheliers pour une formation initiale des maîtres du primaire pendant deux ans.
  • une utilisation des TIC pour la qualification et la diversification des pratiques pédagogiques. Pour Gagnon (2013) l’approche modulaire est une méthode qui consiste à mettre en séquence, la matière ou les éléments de compétence, selon une logique didactique et à diviser le cours en modules d’apprentissage, le plus souvent sous forme d’un cahier d’activités individuelles permettant aux étudiants d’acquérir les compétences à travers divers médias : lectures, auditions, visionnements, exercices, sites Internet, logiciels, etc. Le formateur, dans cette situation, met l’accent sur les types d’activités et le choix des outils adaptés à l’acquisition des compétences.

Pour ce faire, cinq modules de formation ont été élaborés et mis en œuvre pour lesquelles des situations d’apprentissage favoriseraient l’usage de supports didactiques qu’on pourrait ranger dans l’ordre des TIC tels que : radiocassette, télévision, montre, boussole, métaux etc.). Une initiation à l’information est également prévue pour les étudiants.

Le référentiel de compétence en date de juin 2011 souligne également, dans sa dimension formation que l’étudiant, « agent de développement local », doit avoir des compétences en TIC qui pourraient lui permettre d’initier des partenaires locaux à l’instrument informatisé et utiliser l’internet si possible. Cela ne peut être possible que si leur utilisation en classe illustre le cours et que celles-ci ne viennent pas en complément des situations d’enseignement/apprentissage (Mbodj, 2010).

Les pays qui utiliseraient le plus les TIC, sont ceux-là où leur utilisation a été rendue obligatoire, notamment par leur prise en compte dans les évaluations (Rapport J-M Fourgous, 2012). Pour reprendre l’idée de (Loisier, 2011, Villemonteix & Khaneboubi, 2012) la mise en place de plusieurs dispositifs numériques d’accompagnement (Baladeur, Smartphones, Tablettes, ENT, TNI) pourrait rendre disponible l’accès aux ressources numériques dont ont besoin enseignants/apprenants. À l’heure actuelle, les « Smartphones » et « tablettes » se caractérisent par cette capacité à être mobiles et l’intérêt de leur utilisation en contexte éducatif. Ce qui met en exergue une certaine potentialité de ces technologies mobiles impliquant des pratiques individuelles du sujet à apprendre suivant son rythme.

Le rapport du ROCARE 2009, conclut à ce sujet : « l’intégration physique des TIC a plutôt prévalu au détriment de l’intégration pédagogique ». Face à cette situation, il faut réagir pour trouver les solutions idoines. Le rapport de Rizza (2010) précise qu’à l’heure actuelle, il n’existe aucun contrôle sur l’utilisation pédagogique des TICE dans les cours disciplinaires ; « chacun fait ce qu’il veut ». D’où la problématique sur le niveau de la prise en compte des TIC dans les ENI de Guinée.

Questions et objectifs de recherche

Au regard du problème posé, la recherche vise à répondre aux questions suivantes : Dans quelle mesure les formateurs et les étudiants disposent-ils de compétences qui favorisent la prise en compte des TIC dans le processus enseignement/apprentissage à l’ENI ? En quoi les différents types d’usage des outils technologiques prévus par les modules s’accommodent-ils au développement des compétences attendues des Elèves-Maîtres ?

Les objectifs poursuivis dans cette recherche sont de :

  • Identifier les préalables pour lesquelles le référentiel favorise une prise en compte pédagogique des TIC dans l’approche modulaire ;
  • Analyser les situations pour lesquelles une prise en compte des TIC est faite lors des enseignements/apprentissages.

Méthodologie



La recherche a touché quatre Écoles Normales d’Instituteurs (ENI) basées à Conakry, Kindia, Labé et Kankan.

Le public composé de 14 administrateurs, 47 formateurs et 135 élèves-maîtres a été interrogé par questionnaire. Des observations du matériel existant ainsi que des entretiens semi-dirigés avec les Directeurs de chaque ENI ont été réalisés

Le questionnaire élaboré a pris en compte l’aspect communication et équipement, compétences, formation et accès à l’internet, usage pédagogique des TIC, perception des acteurs aux intentions des programmes par rapport à la prise en compte pédagogique des TIC.

Le masque de saisie CSpro 4.1 ainsi que le logiciel SPSS 20.0 nous ont permis d’avoir des données quantitatives pour des fins d’analyses et d’interprétation. Par ailleurs, l’analyse a consisté à extraire des fréquences absolues, les pourcentages à travers des tableaux croisés. Les réponses à court développement ont été codifiées par catégories, puis quantifiées.

Résultats 

Dans cette partie, nous décrivons les caractéristiques de l’échantillon avant d’aborder respectivement l’aspect matériels et compétences de base nécessaires pour une intégration pédagogique des TIC, l’usage pédagogique des TIC tel que prévu par le programme.

État des lieux de l’existence du matériel techno-didactique

Les entretiens avec les directeurs ont révélé que seule l’ENI de Conakry dispose d’un vidéoprojecteur, d’une radiocassette, d’un écran avec lecteurs CD/DVD et d’une caméra numérique à usage pédagogique. Les statistiques ont permis de constater l’absence partielle ou totale de ce matériel dans les sites, en particulier à l’ENI de Kankan suivi de celle de Labé. La plupart des administrateurs s’accordent sur le fait que le matériel multimédia cité dans les modules est peu ou pas du tout disponible pour un usage pédagogique. Près de la moitié des formateurs enquêtés soutient l’idée selon laquelle le matériel existant est utilisé par les responsables à titre personnel. Les intentions véhiculées par les programmes en matière d’intégration pédagogique des TIC sont loin de satisfaire l’approche modulaire.

Les centres informatiques des ENI de Conakry, Kindia et Labé sont opérationnels avec respectivement 20, 15 et 17 ordinateurs. A l’ENI de Kankan, le centre n’est pas du tout opérationnel. Comme l’a affirmé l’un des administrateurs : « Nous attendons le projet du gouvernement visant à doter les écoles de centres informatiques avec connexion Internet ».

Parmi les ENI équipées, seules Kindia et Labé utilisent chacune une clé Internet pour satisfaire à tour de rôle les besoins de connexion des enseignants et des apprenants dans la salle. La capacité d’accueil de ces centres reste très faible, à peine 30 places pour un effectif minimal de 114 étudiants en 1ère année 2014 soit un ratio de 7 EM pour un ordinateur. Il faut cependant signaler que toutes les ENI, bien que dotées de groupe électrogène, sont confrontées au problème lié à la desserte en énergie électrique. Les ENI n’ont pas les moyens nécessaires pour faire fonctionner régulièrement ces groupes.

Compétences de base nécessaires pour une intégration pédagogique des TIC

Nous allons aborder ici l’aspect lié aux compétences en techno-pédagogie, préalable à l’intégration pédagogique des TIC.

Compétences de base en informatique

L’utilisation des TIC en éducation demande des habiletés de base en informatique. C’est pourquoi nous avons cherché à savoir le niveau en informatique des trois publics cibles.


Tableau 1 : Niveau déclaré en informatique de base

Niveau d’utilisation de l’internet Administrateurs Formateurs Elèves maîtres
Nul 3 9 52
Débutant 7 31 45
Avancé 4 5 34
Excellent 0 2 4
Total 14 47 135

Généralement les habiletés en informatique de base se mesurent sur la capacité de l’individu à travailler sur Microsoft Word, Excel et PowerPoint. Ce sont 4 administrateurs sur 14, 7 formateurs sur 47 et 38 sur 135 EM qui se situent entre les niveaux avancés ou excellents. Tous les autres déclarent être des débutants ou des non-initiés.

Sur la base de ces déclarations, une hétérogénéité des compétences en informatique de base du public se dessine.

Compétences de base à l’utilisation de l’Internet

Dans cette section, nous cherchons à déterminer le niveau du public à l’utilisation de l’Internet. Ainsi, la question suivante a été posée : Quel est votre niveau de compétence à l’utilisation de l’Internet dans le cadre de l’amélioration de vos enseignements/apprentissages ?


Tableau 2 : Niveau de compétences de base des acteurs lié à l’utilisation de l’Internet

Niveau d’utilisation de l’Internet Administrateurs Formateurs Elèves-maîtres Pourcentage
Nul 4 12 39 29%
Débutant 6 25 62 46%
Avancé 4 9 34 25%
Excellent 0 1 0 0%
Total 14 47 135 100

Des trois publics interrogés, un formateur déclare avoir un niveau excellent ainsi que 4 formateurs et 34 EM contre près de ¾ à peine débutants.

Motifs d’utilisation des TIC


Dans cette section, nous nous sommes interrogés sur les motifs de l’utilisation ou non des TIC par le public.

Une fois connecté que faites-vous ?

La plupart des administrateurs affirment faire des recherches sur internet liées à la science, à la recherche d’informations sur l’actualité nationale et internationale. Ils explorent aussi les réseaux sociaux pour trouver des correspondants. Cependant, l’un d’eux affirme « je suis toujours sur Facebook » appelé « E-loisir » par Pierre Founkoua. Malheureusement, il en fait un usage personnel et non pédagogique. Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont de plus en plus utilisés, de façon ludique, comme un « E-learning » informel. Ces réseaux accessibles à tous pourraient, s’ils étaient orientés dans le cadre pédagogique, révolutionner le système de formation des formateurs.

9 formateurs déclarent faire de leur connexion un usage à la fois personnel et pédagogique ; soit pour :

  • discuter avec leurs correspondants sur les réseaux sociaux (Facebook, twitter) ;
  • lire et répondre aux mails ;
  • télécharger des images, des films documentaires et faire des recherches pour améliorer leur préparation ; et
  • discuter des stratégies d’enseignement/apprentissage à l’aide des TIC. 43 sur 135 des EM soit 32 % enfin disent faire de leur connexion un usage à la fois personnel et pédagogique ; soit pour :
  • discuter avec leurs correspondants sur les réseaux sociaux (Facebook, twitter) ;
  • répondre aux mails ;
  • télécharger des images, musiques, clips ;
  • télécharger des films documentaires et faire des recherches pour traiter leurs devoirs ;
  • discuter avec leurs collègues à propos des nouvelles stratégies apprentissage à l’aide des TIC.

Pratique des formateurs en absence des outils technologiques prévus par les modules

La question suivante a été posée aux EM. A l’absence du matériel didactique prévu par les modules, comment les leçons sont concrétisées ?


Tableau 3 : Pratique des formateurs en absence des outils technologiques prévus par les modules

Avis des EM
Réponses Schématiser Confectionner le matériel Utiliser l’ordinateur Utiliserle téléphone Utiliserla télévision
Jamais 2 5 99 97 104
Parfois 25 35 8 12 2
Souvent 96 81 0 1 1
Total 123 121 107 110 107

Schématiser et/ou confectionner le matériel didactique à partir de matériel de récupération est souvent la stratégie utilisée pour concrétiser le cours (près de 80 % des cours). La pratique des enseignants vers l’usage des TIC pour concrétiser leurs cours semble être occasionnelle.

Analyse de situations d’apprentissage sans les TIC

L’approche pédagogique que prône la formation des EM s’inspire de l’APC. Dans une situation d’apprentissage, le soutien technique sur le choix du matériel didactique est indiqué par les formateurs. Les EM font la conception en apprentissage collaboratif, des lectures d’images sous forme de schéma. Un rapporteur du groupe présente la production et les discussions se font en plénière. Les schémas sont accompagnés de supports textuels qui expliquent en détail la production des EM. Les discussions en plénière semblent aider les apprenants à identifier et à apprécier les difficultés liées à la tâche.

Cela suscite chez eux des activités réflexives sur les méthodes de travail, les stratégies à adopter pour une acquisition de nouvelles compétences.

À travers la conception du matériel didactique ou de la schématisation pour une meilleure représentation des apprentissages ciblés, l’élève-maître traite l’information reçue et l’organise. Le Module Sciences et technologiques privilégie plutôt la confection du matériel didactique à travers le matériel de récupération comme objet d’apprentissage que la prise en compte réelle des technologies numériques comme sujet à apprendre. Raison pour laquelle nous avons questionné l’utilisation du téléphone comme outil contemporain pour des fins pédagogiques.

Usage pédagogique du téléphone

Dans cette partie nous cherchons à savoir si le téléphone portable est utilisé pour des fins d’enseignements/apprentissages. Ainsi répondre à la question en quoi ce type d’usage s’accommode-il aux apprentissages attendus des EM ? Deux positions se dessinent entre les formateurs : favorables et contre.

La première catégorie d’enseignants (une majorité relative 24/47) perçoit les potentialités et la complémentarité des téléphones de type Smartphone pour assurer la continuité des activités individuelles vers une autre, plus collective déjà décrit par Villemonteix & Khaneboubi en 2013. Cela s’illustre lors des séances de régulation en stages pratiques : un formateur affirme « je faisais visionner des enregistrements à mes étudiants à travers leur téléphone ». Dans le même ordre d’idée 24 formateurs disent autoriser les EM à utiliser le téléphone en classe pour des fins pédagogiques. 15 EM confirment cette affirmation. Ces usages concernent entre autres :

  • Filmer ou faire un enregistrement audio lors des séquences pédagogiques ;
  • Consulter l’Internet pour trouver une ressource, de l’information, etc. Par contre, 23 formateurs perçoivent le téléphone en classe comme des facteurs de perturbation du cours. Ils jugent que 2/3 des EM ne disposent pas de téléphones compatibles aux pratiques pédagogiques. « Ils ne nous permettent jamais de nous servir de nos téléphones en classe pendant les explications » déclarent les EM. Pour les formateurs « Nous ne disposons pas de compétences nécessaires à la gestion d’un tel enseignement en contexte de grand groupe. Il n’est pas prudent d’entreprendre cette approche dans la mesure où la législation scolaire n’autorise même pas l’utilisation du téléphone en classe. Si nous le faisons c’est plutôt pour un besoin spécifique car nos matières n’ont pas besoin de téléphones pour dispenser le cours, encore le programme ne le prévoie pas. Les NTIC ne sont pas utilisées à l’ENI, elles sont en étude et leur intégration ne sera possible qu’à la suite des conclusions du séminaire tenu en juin 2014 à Kindia » .

Discussion et perspectives

Les stratégies utilisées dans la formation des élèves-maîtres sont fortement ancrées sur le stage pratique, la confection du matériel didactique comme approches par les compétences pour laquelle s’appuie le référentiel. Les matériels technologique prévus par les modules de formation sont pour la plupart absents et peu adaptés au contexte actuel.

D’une part, sur le plan pratique, très peu de formateurs déclarent posséder les compétences de base nécessaires pour la mise en situation de leurs cours à l’aide des TIC. Très peu de formateurs ont l’occasion d’utiliser le vidéoprojecteur, les vidéos cassettes ou lecteurs CD/DVD, mais ceux qui les utilisent très fréquemment et cela à titre personnel, sont pour la plupart les responsables qui les gèrent. Il s’agit concrètement de quatre formateurs sur 47 qui affirment avoir recouru quelques fois à ces outils pour simuler leur cours.

Or, l’enseignement par didacticiel ou simulateur consiste à superviser et à encadrer les étudiants dans une démarche pédagogique d’auto-apprentissage à l’aide d’un didacticiel (sur cédérom, sur Internet, etc.) ou d’un simulateur (appareillage qui reproduit une situation réelle) (Gagnon, 2013). La faible prise en compte de ces outils, indiqués dans les modules, indique un problème de mise en œuvre de l’intention des programmes véhiculés et de la prise en compte de ces outils. Ce qui résulte de facto des pratiques absentes chez les élèves-maîtres et remet en cause les missions de ceux-ci comme agents de développement local qui doivent avoir des compétences en TIC pour initier des partenaires locaux.

D’autre part, les dispositifs d’échange tels que les mailings, les réseaux sociaux, etc. font l’objet d’usages personnels. Cependant, à travers les réseaux sociaux, une communauté d’apprenants peut se constituer pour assurer l’équilibre, l’échange, le partage, la confrontation d’idées induisant la génération de connaissances et la réification (Henri, 2011). Par contre, les recherches et le téléchargement de films documentaires en rapport à la science, ou l’utilisation de Google lors des activités de productions ont été citées en exemples comme pratiques fréquentes par les formateurs et les élèves-maîtres.

Conclusion

Cette recherche s’est fixée comme objectif de décrire la prise en compte des TICE dans la formation des élèves-maître des Écoles Normales d’Instituteurs (ENI) de Guinée.

À la lumière des résultats, il est à noter que les formateurs des ENI ont une faible appétence à utiliser les technologies disponibles, l’usage personnel est prédominant. Ils s’accordent sur le fait que les programmes ne prescrivent ni ne favorisent l’intégration du téléphone « intelligent » et plus généralement du numérique dans les ENI de Guinée. Les différents outils prévus par les modules sont presque inexistants ou obsolètes. .

Ces résultats témoignent de la nécessaire réforme des programmes des ENI liée au contexte actuel des TICE pour une pédagogie active adaptée aux changements de paradigmes dans l’enseignement apprentissage. Ainsi, les décideurs pourraient mettre à la disposition des ENI, des didacticiels nécessaires pour non seulement aider les EM à s’approprier des TIC mais aussi à les utiliser pour communiquer entre eux et rechercher des ressources sur la toile dans une perspective de développement professionnel ».

Comme perspective de la recherche, nous nous demandons en quoi l’utilisation informelle des téléphones intelligents transforme les pratiques et les postures des EM à ? Qu’apprennent-ils derrière ces outils qui se socialisent si celles-ci venaient d’être explorées par les formateurs des ENI ayant perçu l’utilité potentielle des téléphones, leur facilité d’utilisation et leur valeur ajoutée potentielle par rapport à leurs pratiques en classe (Villemonteix,& Nogry, 2016) ?

Références bibliographiques

Ouvrages


Modules et rapports

  • Modules de formation professionnelle en Français, Sciences de l’éducation, en Sciences humaines, en Mathématiques. Programme formalisé des Ecoles Normales d’Instituteurs (ENI), 2006
  • Module de formation professionnelle en sciences et technologie. Programme formalisé des Écoles Normales d’Instituteurs (ENI) avec l’appui de l’UNESCO, 2008
  • Rapport ROCARE (2009) dans la revue PanAfEdu, Vol.2, Numéro1 : www.panaf-educ.org) consulté le 25 octobre 2014
  • Rapport de mission parlementaire de Jean-Michel Fourgous de 2012 : « Apprendre autrement » à l’ère du numérique Se former, collaborer, innover : Un nouveau modèle éducatif pour une égalité des chances. Février 2012.www.missionfourgous-tice.fr consulté le 03 septembre 2016

 

Accueil | Abonnement | Contact | | Statistiques du site | Mentions légales

ISSN : 2610-1920 - Site réalisé avec SPIP 3.0.20 [22255]