Les usages des TIC dans l’administration scolaire en Côte d’Ivoire

Le cas des établissements de la ville de Touba
samedi 14 avril 2018 par Coulibaly Souhaliho, Bi Sehi Antoine Mian

Pour citer cet article :

Coulibaly ; Souhaliho et Bi Sehi, Antoine Mian (2018). Les usages des TIC dans l’administration scolaire en Côte d’Ivoire. Le cas des établissements de la ville de Touba. Adjectif.net Mis en ligne samedi 14 avril 2018 [En ligne] http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article461

Résumé :

La présente étude a pour objectif de documenter différents usages des TIC par les personnels de l’administration (proviseurs et directeurs) des établissements scolaires de la ville de Touba en Côte d’Ivoire. L’analyse des données de l’enquête par questionnaire auprès de sept personnels de l’administration issus de sept établissements scolaires du primaire, du secondaire général et technique, met en exergue l’existence d’une fracture entre les personnels de l’administration des établissements du cycle secondaire et ceux du cycle primaire car les premiers sont mieux équipés. Toutefois, en termes de compétences, les personnels de l’administration du secondaire ainsi que ceux du primaire sont au même niveau. De façon générale, la communication par les TIC est plutôt verticale c’est-à-dire de l’administration centrale du Ministère de l’éducation vers les responsables des établissements scolaires.

Mots clés :

Côte d’Ivoire, Enseignement secondaire

INTRODUCTION

La modernisation des systèmes de gestion administrative par l’usage des TIC est en cours et les administratifs du secteur de l’éducation ne sont pas en marge de ce mouvement (Yaba, 2011). Nombreux sont les établissements scolaires qui ont de plus en plus recours à l’ordinateur et à l’informatique pour la gestion de leurs activités quotidiennes. Aussi, la numérisation et l’archivage numériques se présentent aujourd’hui comme des réponses novatrices à la lenteur, la lourdeur administrative, la sauvegarde des données et à la diffusion d’informations auprès d’un plus grand nombre d’usagers du système scolaire.

La présente étude veut mieux comprendre les usages des TIC par les personnels de l’administration scolaire (proviseurs et directeurs) et non de l’animation de la vie scolaire que sont les éducateurs. Elle a ainsi pour objectif de documenter les usages des TIC dans la gestion administrative des établissements.

L’étude s’articule essentiellement autour de quatre parties : le contexte et la problématique de recherche, le cadre de référence, la méthodologie, les résultats et leur discussion. La conclusion passe en revue les résultats, expose les limites et les retombées de la recherche et suggère de nouvelles pistes d’investigation sur le phénomène à l’étude.

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Le développement des TIC et de l’informatique a conduit à une pénétration de ces technologies dans presque tous les secteurs d’activités humaines. Ainsi, l’amélioration des conditions de fonctionnement des systèmes éducatifs, selon certains chercheurs africains pourrait effectivement passer par l’intégration des TIC dans le secteur de l’éducation-formation.

C’est dans cette optique que le gouvernement de la Côte d’Ivoire a mis en œuvre le projet e-Education dont l’un des objectifs est l’amélioration de la qualité de gestion de l’administration scolaire à l’aide des TIC (Mian bi, 2016). Cependant, il est rare de trouver des travaux scientifiques qui traitent de l’usage des outils informatiques par les personnels administratifs des établissements scolaires en Côte d’Ivoire même si au cours de nos recherches, il est apparu que certains chercheurs de d’autres pays ont eu traités cette question dans leur pays.

Il a nous semblé alors important, en tant qu’éducateur en service au nord ouest de la Côte d’Ivoire, de documenter l’usage des TIC dans les administrations des établissements scolaires dans la région du Bafing dans le nord-ouest du pays afin de mieux cerner comment s’y opère la mise en œuvre de politique nationale d’intégration des TIC à l’école.

CADRE THEORIQUE

De nombreuses études recommandent le recours aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) pour faire face à la carence de nos systèmes éducatifs en personnel et améliorer la qualité de l’enseignement et donc les résultats scolaires (Mian bi, 2010). Ainsi, depuis la diffusion des TIC en Afrique, nombreux sont les personnels administratifs des établissements scolaires qui y ont recours dans le cadre de leurs pratiques professionnelles afin d’explorer les opportunités pédagogiques et améliorer la gestion des ressources humaines et matérielles (Yaba, 2011).

Ces opportunités sont nombreuses et sur plusieurs plans. D’abord, au plan de l’archivage numérique, les TIC permettent la sauvegarde sur support numérique des informations administratives et des dossiers scolaires. Cette numérisation limite les pertes de données importantes tout en favorisant la mise à jour des dossiers pédagogiques et la rationalisation des tâches administratives. Les TIC permettent donc aux personnels de l’administration d’avoir une meilleure traçabilité de leurs différentes activités et la constitution des statistiques sur des données scolaires.

Ensuite, au plan de la gestion des ressources humaines, grâce à l’usage de logiciels adaptés, les responsables des établissements peuvent surveiller et corriger l’absentéisme des enseignants ainsi que des élèves et l’application effective des programmes pédagogiques, éducatifs et administratifs. Les responsables des écoles ont recours à l’ordinateur pour les inscriptions des élèves, les calculs et la saisie des moyennes de classe, la rédaction des listes de classe et la gestion des effectifs (Azoh et al., 2009).

Enfin, l’usage des TIC concourt subtilement à l’amélioration et la facilitation de la communication avec les collègues ou les parents d’élèves, par courriels et Internet (Djédjé, 2007). En plus, cela peut aboutir sur la mise en ligne d’informations telles que les statistiques scolaires, les résultats scolaires des apprenants, ou encore l’état ou les besoins du système scolaires en infrastructures et en personnels. La finalité d’une telle entreprise serait d’aboutir sur la mise en place de communautés virtuelles où se rencontrent les différents acteurs du système scolaire. Ce faisant, l’usage d’Internet, et des TIC pourrait concourir à éliminer l’isolement des écoles rurales par une mise en réseaux de celles-ci.

METHODOLOGIE

Cette étude s’est déroulée dans la ville de Touba, chef-lieu de la région du Bafing, dans le nord-ouest de la Côte d’Ivoire. Afin d’atteindre notre objectif qui est de documenter les usages des TIC par les proviseurs et directeurs des écoles de la ville de Touba, nous avons opté pour une enquête par questionnaire comportant des questions fermées et ouvertes.

Choix des établissements

La technique que nous avons retenue pour la constitution de l’échantillon est l’échantillonnage par choix raisonné. Ce choix se justifie par le caractère spécifique des personnes ressources capables de nous fournir des informations fiables, en l’occurrence les personnels administratifs des établissements scolaires.

L’étude s’est déroulée dans la ville de Touba qui rassemble la majeure partie des établissements scolaires de la région du Bafing : elle abrite quinze écoles dont onze du primaire, deux du secondaire et deux écoles de formation professionnelle.

Ainsi, sur les quinze établissements, nous en avons retenu sept dont les directeurs ont attesté avoir recours aux TIC dans la gestion administrative de leurs établissements. Notre objectif étant de documenter les usages des TIC dans la gestion administrative des établissements, le choix de ces établissements s’explique par le fait que les personnels administratifs ont attesté avoir recours aux TIC. Les établissements sélectionnés sont composés de trois écoles du primaire, deux établissements du secondaire général et de deux établissements techniques dont un établissement privé.

Instruments de collecte des données

Trois questionnaires comportant des questions ouvertes et fermées ont été élaborés pour le recueil des données dans les établissements participant à cette étude. Ces questionnaires passent en revue l’ensemble des activités administratives parmi lesquelles le répondant doit sélectionner celles qui sont informatisées dans son établissement scolaire. Ces questionnaires ont concerné les points suivants :

  • L’accessibilité aux outils informatiques et la compétence informatique ;
  • L’informatisation de la gestion administrative et la production de documents administratifs ;
  • La gestion informatisée de la communication interne et externe de l’établissement grâce aux TIC.

RESULTATS

Les données obtenues ont été traitées manuellement pour les questions fermées, compte tenu du faible nombre de répondants qui ont participé à cette étude. Pour ce qui concerne les données qualitatives récoltées à travers les questions ouvertes, l’analyse catégorielle (Karsenti et Savozs, 2011 ; Mucchielli, 1979) a permis de traiter les informations récoltées et de catégoriser les différentes réponses dans des ensembles en fonction de leur signification et de leur interprétation selon le contexte.

L’analyse des données recueillies a concerné les points suivants :

  • l’accessibilité et la compétence informatique auto déclarée par les répondants ;
  • la gestion informatisée de l’établissement ;
  • la gestion informatisée de la communication interne et externe de l’établissement grâce aux TIC.

L’accessibilité aux outils informatiques et la compétence informatique

L’entretien a révélé que les directeurs d’école primaire utilisent des « équipements personnels » acquis pour leur propre besoin comme le confirment les propos d’un directeur d’école primaire :

« Nous sommes tous conscients des énormes avantages qu’offre l’outil informatique. Cet outil est devenu indispensable pour tous les établissements scolaires modernes mais malheureusement nous n’avons rien de tout ça dans nos établissements. Les appareils que nous avons sont tout simplement personnels ».

Mais il s’agit de matériels de seconde main composés d’un ordinateur et d’au moins une clé USB qu’ils utilisent pour le stockage de données pour aller faire les impressions à l’extérieur car ces écoles ne disposent pas de matériels d’impression.

Si l’accessibilité aux TIC reste faible au primaire, il est d’un niveau satisfaisant dans les établissements qui ont souvent été dotés en équipements informatiques.

Les participants ont tous signalé qu’ils ont suivi des formations à l’usage des TIC à leurs propres frais. À l’exception des directeurs des deux établissements techniques qui ont affirmé avoir un niveau moyen, tous les autres ont estimé que leur niveau de compétence TIC est faible et que cela est un obstacle à l’exploitation de toutes les possibilités que ces outils leur offrent.

Les résultats de l’analyse des données mettent en exergue une fracture numérique entre les établissements du cycle secondaire et ceux du cycle primaire car les premiers sont mieux équipés. Cependant, en termes de compétence TIC, les administrateurs des établissements secondaires sont au même niveau de compétence que ceux des écoles primaires. Ce qui démontre que la compétence TIC ne repose pas forcément sur l’accessibilité ou la disponibilité des TIC au sein de l’établissement scolaire.

La gestion informatisée des activités administratives

Au titre des usages pour la gestion des activités administratives, l’analyse a révélé que les directeurs d’école primaire utilisent l’ordinateur pour :

« l’établissement des emplois du temps, des listes de classe, du personnel enseignant et le calcul des moyennes grâce au logiciel Excel. Les notes de service, les courriers sont rédigées grâce au logiciel standard Word ».

Pour la gestion des présences et des absences des enseignants, le directeur utilise une feuille de tableur dans laquelle il coche des cellules devant les noms des enseignants présents.

« Mes journées de travail sur l’ordinateur à l’école se ressemblent toutes. Je l’utilise généralement pour les saisies de devoirs et pour marquer les absences et présences de mes enseignants » (directeur EPP Nadiani 2).

Les usages des TIC par chefs d’établissement du secondaire semblent identiques aux usages qu’en font les directeur du primaire, c’est-à-dire la rédaction des documents et circulaires administratifs, l’établissement des listes de classe et des emplois du temps et le calcul de moyennes par l’utilisation des logiciels de bureautique.

Cependant, les écoles secondaires ont recours à d’autres logiciels pour les calculs de moyennes et l’établissement des bulletins de notes :

« J’ai choisi d’utiliser un logiciel qui très pratique et simple d’usage pour la gestion de tout ce qui concerne les moyennes des élèves. Il s’agit du logiciel Expert-Pro qui est considéré comme étant le logiciel de référence des lycées et collèges, j’admire surtout sa simplicité d’usage » (proviseur du Lycée GAF)

En plus du logiciel Expert-Pro, les établissements du secondaire utilisent aussi une plateforme de gestion des effectifs d’élève. Cette plateforme est arrimée à la plateforme nationale du ministère de tutelle et est régulièrement contrôlée par le Ministère de l’Education Nationale pour l’enseignement général et par le Ministère de l’Enseignement Technique et Professionnel pour les écoles techniques.

Les établissements du secondaire ont recours aux TIC pour la gestion de leurs activités administratives quotidiennes. Même si très peu d’écoles primaires ont recours aux TIC, on peut dire que ces outils sont en cours d’intégration dans les habitudes professionnelles des administrateurs scolaires dans la ville de Touba. Toutefois, l’absence de salles numériques aussi bien dans les écoles du cycle primaire que dans celles du cycle secondaire montre le faible niveau d’implantation des TIC dans les écoles de la région.

La gestion informatisée de la communication interne et externe de l’établissement grâce aux TIC

L’analyse de contenu a montré qu’à part le téléphone, la communication par l’usage des TIC est quasi-inexistante dans ces établissements qui ne disposent ni de salle multimédia ni de site internet. Alors c’est par téléphone cellulaire qu’ils échangent entre eux et avec les parents d’élèves :

« Je me rends souvent au cyber café pour faire des recherches et échanger des mails avec mes amis. J’ai aussi un compte Facebook que j’utilise quelquefois pendant mes temps libres » (directeur de l’école primaire publique Nadiani 1)

Faut-il signaler que la ville de Touba ne dispose que de trois cyber cafés qui ont du mal à répondre aux besoins des usagers de l’Internet.

La communication est plutôt verticale. En effet, les directeurs des établissements scolaires de la ville de Touba échangent très peu ou pas du tout avec leurs pairs par le biais de TIC. Cependant, ils reçoivent régulièrement des circulaires et autres notes de service, émises par le ministère de l’éducation nationale, dans leurs boîtes électroniques :

« Personnellement, je ne comprends pas grande chose dans cette affaire des TIC mais grâce à mes jeunes collaborateurs, je peux gérer ma boîte électronique pour recevoir ou envoyer certains documents à la DREN [Direction régionale de l’éducation nationale] » (proviseur du lycée GAF)

L’ensemble des répondants a déclaré qu’ils préfèrent avoir recours au téléphone portable pour échanger avec leurs collègues des autres écoles. Si les directeurs qui ont participé à cette étude ont tous souligné l’importance des TIC pour les échanges de documents et pour la communication, ils ont cependant estimé que pour communiquer, ils préfèrent avoir recours au téléphone ou encore se déplacer afin de se rendre au bureau du collègue.

DISCUSSION

L’objectif de cette étude était de documenter les usages de par les personnels administratifs des établissements scolaires.

L’analyse des données montre que les personnels administratifs des établissements scolaires sont engagés dans l’usage des TIC pour la gestion administrative des écoles (Yaba, 2011). Cependant, cela est bien plus visible dans les écoles secondaires car celles-ci ont un meilleur accès aux TIC : elles sont mieux équipées que les écoles primaires. Cette situation peut s’expliquer par le fait que l’Etat accorde davantage de priorité à l’équipement des écoles secondaires publics en outil informatique (Djedje, 2007).

L’analyse a aussi montré une similitude entre les usages des TIC par les répondants aussi bien des établissements du secondaire que du primaire. En effet, tous les personnels administratifs du secondaire utilisent les TIC pour la production de documents administratifs, de bulletins scolaires, les calculs de moyennes, la communication par courriel et la recherche.

Ces résultats confirment les recherches de Azoh, et al. ( 2009) et Yaba (2011) qui montraient déjà que l’innovation scolaire par l’usage des TIC est en cours de développement dans les écoles. Pourtant, à travers la présente étude, il est apparu que les catégories d’usages ne prennent pas en compte la numérisation des différents cahiers et registres, tels que les cahiers de textes ou tout simplement le programme pédagogique annuel et la gestion de l’évolution de ce programme. Sans doute pourrions-nous expliquer cela en général par le niveau de compétences dans l’utilisation des TIC des personnels du système éducatif et en particulier par celui des directeurs d’écoles participants à cette étude.

CONCLUSION

La présente étude avait pour objectif de documenter les usages des TIC dans la gestion administrative des établissements scolaire. Le petit nombre de répondants est lié au faible niveau d’intégration des TIC dans la gestion administrative des établissements d’enseignement primaire et secondaire de la ville de Touba.

Malgré ce fait, les résultats ont montré que les personnels administratifs des établissements scolaires de la ville de Touba qui ont participé ont recours aux TIC dans le cadre de leurs pratiques professionnelles. Toutefois, ce recours reste basique et s’articule autour des logiciels tels que Excel et Word qui sont des outils Microsoft office, ainsi que le logiciel Expert pro pour le calcul des moyennes et la gestion des effectifs scolaires. Ce dernier logiciel est utilisé seulement par les établissements du secondaire.

Si la présente étude a fait ressortir les différents usages des TIC par les personnels administratifs, elle montre aussi que le faible niveau de compétence en informatique de l’ensemble des directeurs interrogés reste un obstacle au développement des usages des TIC dans la gestion administrative.

Alors que le gouvernement de la Côte d’Ivoire veut aujourd’hui faire usage des TIC pour améliorer la qualité de la gestion administrative du système éducatif, les résultats de la présente étude montrent que pour atteindre cet objectif, il faudra équiper les établissements et former les administrateurs aux usages.

REFERENCES

Artic (2014). Enjeux des TIC pour l’encadrement scolaire en Côte d’Ivoire. [En ligne]. Disponible sur : <http://www.artci.ci>

Azoh, F,J., Koutou, C., et Fanta, S. (2009). Tic dans éducation en Afrique : Rapport Côte d’Ivoire. [En ligne]. Disponible sur : http://www.ernwaca.org/panaf/pdf/phase-1/Cote-d-ivoire-PanAf_Report.pdf

Karsenti, T. et Colin, S. (2011), TIC et éducation : avantages, défis et perspectives futures. Disponible sur :<http://www.acelf.ca/c/revue/pdf/EF_41-1_complet-Web.pdf>

Karsenti, T. et Savoie-Zajc, L. (2011). La recherche en éducation : étapes et approches. Montréal : ERPI.

Mian Bi, S.A (2010a). Fracture numérique dans la formation des enseignants en Afrique de l’Ouest, EpiNet la revue électronique de l’EPI, n° 123 de mars 2010. [En ligne]. Disponible sur : http://www.epi.asso.fr/revue/articles/a1003b.htm

Mian Bi, S.A (2010b). Typologie des usages des TIC par des formateurs de l’ENS d’Abidjan. [En ligne]. Disponible sur : http://karsenti.com/pdf/scholar

Mian bi, S.A. (2016). Le profil TIC des personnels d’appui technique à l’éducation en formation initiale à l’ENS d’Abidjan. Dans Karsenti, T. (dir.), Mieux former les enseignants dans la Francophonie. Principaux enjeux actuels et futurs. Montréal, QC : AUF.

Mucchielli, R. (1979). L’analyse de contenu des documents et des communications. Paris : ESF

Djédjé, V. (2007). Implantation des technologies de l’information et de la communication par des directrices et des enseignants de deux écoles secondaires en Côte d’Ivoire. [En ligne]. Disponible sur : http://wwww.docplayer.fr/6308204-Universite-du-quebec-a-montreal.html

Yaba, T. (2011), Tic et gestion de l’administration scolaire : cas des ecoles PANAF au Mali http://www.ernwaca.org/panaf/ela2011/YABA-PanAf-eLA2011.pdf.

PDF - 117.4 ko
Article version PDF

titre documents joints

Article version PDF

15 avril 2018
info document : PDF
117.4 ko

Accueil | Contact | En résumé | | Statistiques du site | Mentions légales | Visiteurs : 1124 / 1333599

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Etat des recherches  Suivre la vie du site Infrastructures, systèmes et politiques publiques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

Creative Commons License