Deuxième édition du colloque ÉTIC, synthèse et perspectives

jeudi 22 octobre 2015 par François Villemonteix

Contexte général

La deuxième édition du colloque éTIC (école et technologies de l’information et de la communication) vient de s’achever. Il s’est déroulé du 14 au 16 octobre 2015 à l’université Cergy-Pontoise, sur le site de Gennevilliers abritant une antenne de l’ESPE de l’académie de Versailles et a été présidé par François Villemonteix.

Ce colloque a pour vocation de réunir les chercheurs francophones s’intéressant aux enjeux de l’école dans un contexte de développement des pratiques avec instruments informatisés et d’ouvrir les débats aux professionnels de terrain.

Cette édition est le fruit d’une collaboration du laboratoire de sciences de l’éducation EMA avec le laboratoire EDA de l’université de Paris-Descartes et le laboratoire FRED de l’université de Limoges.

Elle a donné lieu à un partenariat étroit avec la direction académique pour le numérique éducatif de l’académie de Versailles (DANE) qui a permis la venue de constructeurs et éditeurs du secteur la première journée et permettant de découvrir des solutions technologies adaptées à l’école primaire.

ETIC2 a également été soutenu par l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), le laboratoire Paragraphe (université Paris 8), la Fondation UCP et la Maif.

Compte-rendu des conférences d’ouverture

Après l’ouverture institutionnelle du colloque, les conférences d’ouvertures ont été effectuées par Hamidou Nacuzon Sall (professeur en sciences de l’éducation à l’université Cheick Anta Diop de Dakar et Jean-François Cerisier, professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Poitiers.

Nacuzon Sall a mis en rapport la société, l’éducation, les technologies et les enfants. Il a donné une lecture de l’histoire récente de l’introduction des technologies dans les sphères sociales et éducatives des pays du sud et souligné les ruptures qu’elles ont induites dans le rapport que la jeunesse entretient avec les institutions classiques. Il a proposé, pour terminer, une hypothèse intéressante de l’universalité de la jeunesse.

A son tour, Jean-François Cerisier a proposé une analyse des pratiques juvéniles du numérique sous un angle culturel, pratiques confrontées aux normes classiques de la forme scolaire. A partir d’une typologie de ces pratiques, il a mis à jour des tensions existant entre les interactions inhérentes à la forme scolaire, conceptuelles, spatio-temporelles, relationnelles, sociales ou encore poïétiques, avec celles permises par le numérique.

Après cette ouverture posant le cadre général du développement des technologies à l’école primaire et fondamentale, les débats se sont articulés autour de trois thématiques.

Trois thématiques pour les ateliers du colloque

La première thématique a concerné les artefacts, en particulier tactiles et mobiles, de plus en plus présents dans les opérations de déploiement de technologies dans les classes. Deux ateliers en parallèle ont permis de présenter des recherches en cours ou achevées portant sur l’activité des élèves, mais aussi les pratiques pédagogiques des enseignants, leurs conditions de mise en œuvre et leurs limites.

La deuxième thématique a porté sur le retour de l’enseignement de l’informatique à l’école élémentaire. Georges Louis Baron a introduit cette matinée par une conférence au cours de laquelle, en convoquant la métaphore du balancier, il est revenu sur les 30 ans d’histoire contrariée de l’informatique en éducation.

Les interventions qui ont suivi ont apporté divers éclairages sur les enjeux didactiques et pédagogiques propres à la pensée informatique qu’un tel enseignement permettrait de développer chez les jeunes élèves. Soulignons la présence du professeur Vassilis Komis, de l’université de Patras, spécialiste des questions de robotique à l’école maternelle, qui a notamment donné une illustration précise des enjeux conceptuels reliés à l’utilisation de logiciels de programmation par de jeunes élèves.

Soulignons également l’apport d’une contribution sur le développement des pratiques numériques dans l’éducation non formelle à domicile qui, selon les auteurs, réintroduisent les normes de la forme scolaire à travers les solutions logicielles utilisées.

Enfin, le projet de recherche « didactique et apprentissage de l’informatique à l’école » (DALIE) financé par l’agence nationale de la recherche (ANR), initié en janvier 2015 a été présenté par Jacques Béziat, de l’université de Limoges. Ce projet de recherche associée plusieurs laboratoires de sciences de l’éducation et s’appuie sur un principe de recherche-action et conception, associant près de 20 enseignants de 4 académies pendant 2 ans.

La troisième thématique a concerné la supervision pédagogique des pratiques enseignantes avec et par le numérique. Notons qu’en parallèle du colloque, s’est déroulé le séminaire marquant l’achèvement du projet de recherche « supervision et ressources éducatives, recherche coopérative francophone » SUPERE-RCF, soutenu par l’initiative francophone pour la formation à distance des maîtres de l’AUF (IFADEM) et de l’organisation internationale de la francophonie (OIF). Ce séminaire a conduit les organisateurs à accueillir 10 chercheurs d’Afrique sub-saharienne (Burundi, Cameroun et Sénégal) pour présenter les résultats des recherches conduites localement sur le thème de la supervision en éducation.

Un symposium a été consacré à la présentation des grandes lignes du rapport remis à IFADEM. Ouvert par Jacques Wallet, professeur en sciences de l’éducation à l’université de Rouen et spécialistes des questions de développement dans le secteur éducatif et des technologies éducatives, ce symposium s’est poursuivi par les différents résultats issus des recherches menées dans chaque pays par les équipes locales.

François Villemonteix a enfin présenté l’association francophone pour les technologies informatisées en éducation (le réseau AFTIE). L’objectif de ce réseau est de permettre d’articuler la recherche universitaire avec les pratiques développées dans le champ éducatif, de théoriser sur les pratiques de diffuser des connaissances et d’apporter son expertise dans le cadre de projets de recherche et de développement. L’une des pistes de travail serait de créer des observatoires locaux sur les pratiques du numérique en éducation dans l’ensemble des pays de la francophonie.

Accès aux textes issus des communications

Les textes des différentes contributions aux ateliers sont dès à présent accessibles sur le site du colloque http://colloque-etic.fr, ainsi que les supports électroniques des présentations. Les vidéos des conférences, ainsi que des interviews des personnalités présentes à ce colloque seront bientôt mises en ligne.

Un fil twitter #colloqueETIC a été créé pour l’occasion, il servira désormais de relai pour l’actualité du colloque ETIC dont la prochaine édition est d’ores et déjà en préparation.


Accueil | Contact | En résumé | | Statistiques du site | Crédits photo | Visiteurs : 695 / 1112976

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Etat des recherches  Suivre la vie du site Didactiques, pédagogies et TICE   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

Creative Commons License