Édition numérique scolaire dans un cadre francophone

Synthèse de la phase 1 d’un projet de veille scientifique
mercredi 25 juin 2014 par Aurélie Beauné, Georges-Louis Baron

Pour citer cet article :

Beauné, Aurélie et Baron, George-Louis (2014). Édition numérique scolaire dans un cadre francophone, synthèse de la phase 1 d’un projet de veille scientifique. Adjectif.net [En ligne], mis en ligne le mercredi 25 juin 2014. URL : http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article296

Résumé :

Dans cette brève contribution, on présente une synthèse des actions menées dans le cadre d’un projet de veille scientifique qui porte, dans sa première phase, sur l’édition numérique scolaire dans les pays d’Afrique francophone. Les lecteurs intéressés peuvent se reporter au rapport fourni à l’AUF : http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-01009460.

Mots clés :

Édition numérique scolaire, Pays francophones

Contexte

Il y a maintenant plus d’un an, l’équipe du portique Adjectif.net a été associée à la réalisation d’un projet de veille stratégique s’inscrivant dans une visée de partenariat public/privé, en partenariat avec l’Agence Française de Développement (AFD), l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et la société Orange. Ce projet vise notamment la construction d’une vision prospective, nécessaire à l’élaboration de projets pérennes [1].

Deux thèmes ont été choisis : l’édition scolaire numérique et la formation des maîtres par et aux TICE dans les pays d’Afrique francophone, en priorité. Dans cette brève contribution, on présente une synthèse des actions menées sur le premier des deux thèmes. Quelques perspectives sont évoquées en conclusion à propos du rôle des (jeunes) chercheurs au sein de tels partenariats. Les lecteurs intéressés peuvent se reporter au rapport fourni à l’AUF : http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-01009460.

Un site Web présentant les ressources analysées sera prochainement publié et des synthèses seront ensuite opérées en fonction des réactions des lecteurs. Le second thème est en cours de traitement, en fonction des mêmes procédures. Il devrait permettre de renouveler les contenus du site d’ici la fin de l’année 2014.

Éléments de méthode pour l’élaboration du corpus sur l’édition numérique scolaire

Ce thème fait l’objet d’un grand intérêt depuis le développement d’offres de manuels scolaires numériques et de nouveaux artefacts pour l’accès aux contenus (tablettes, smartphones pour les derniers produits). On a donc cherché à identifier des articles, des rapports institutionnels et des réseaux intéressés par l’édition numérique scolaire pour et dans les pays d’Afrique francophone. Au fil des actions de veille, commencées en juin 2013, on a rassemblé un premier corpus de 77 ressources, étudié à l’automne 2013.

Dans cet ensemble de documents, seule une minorité de contributions relevaient de travaux validés scientifiquement. On a exclu les documents « publicitaires », dont le contenu n’était pas suffisamment développé pour faire l’objet d’un traitement dans le cadre du projet, ou trop ancien et ne concernant pas les zones géographiques d’intérêt prioritaire.

Ce premier tri a mis en évidence certains besoins d’enrichissement du corpus. Des ressources ont donc été ajoutées, notamment un certain nombre des articles publiés sur le portique Adjectif.net, qui suivent un processus de validation par une équipe d’enseignants-chercheurs. On a finalement retenu 57 documents, auxquels ont été ajoutés 37 sites internet. Ces derniers seront présentés brièvement et de manière hebdomadaire, après la publication du traitement thématisé du corpus principal sur le site Web consacré au projet.

Les ressources sélectionnées sont de granularités assez différentes (article de presse web, vidéos, rapports, etc.). Elles ont été organisées en cinq parties thématiques, comptant en moyenne chacune une dizaine de documents :

  1. le contexte général de l’édition (scolaire numérique) en Afrique subsaharienne et dans les pays francophones,
  2. les manuels (numériques),
  3. les smartphones et tablettes,
  4. les Ressources Educatives Libres (REL) et les logiciels libres en éducation,
  5. les Tableaux Numériques Interactifs (TNI).

Chaque document puis chaque partie ont donné lieu à la rédaction de synthèses. À cet ensemble de documents synthétisés et structurés, s’ajoutent l’indexation et un premier classement des sites internet [2].

On peut bien entendu relever des limitations. Nous avons d’abord retenu assez peu de documents, les choisissant en raison de leur caractère significatif et de leur ancrage à des questionnements de recherche. Ensuite, la situation évolue assez vite. L’image fournie est datée (fin de l’année 2013). L’étude de textes provenant de sources de vulgarisation, militantes, entrepreneuriales ou encore qualifiables de « prophétiques » confirme, pour sa part, l’existence de représentations sociales marquées par le sentiment d’une modernité persistante (même si les systèmes technologiques particuliers sont rapidement obsolètes), ainsi que par les finalités parfois peu claires de leur insertion en éducation. Finalement, on a abouti à un certain nombre de résultats, qui sont explicités dans le document mis en ligne.

Synthèse de résultats suite au traitement du corpus

D’une manière générale, pour les pays africains, l’analyse a montré que, si les technologies mobiles semblent renouveler les espoirs de développement des pays via l’amélioration des pratiques éducatives appuyée par les TICE, les questions d’édition scolaire numérique sont encore très récentes. Le manque de ressources libres, en langues locales, développées sur des artefacts spécialement conçus pour les contextes des pays africains, interopérables et utilisées à des fins de formation en fonction de pédagogies actives apparaît particulièrement vif.

On note bien entendu le poids de considérations infrastructurelles importantes, malgré l’installation récente de fibres optiques tout au long de la côte Ouest. Ces nouveaux aménagements soulèvent des espoirs, tout comme les développements débordants des offres et de la demande en termes de téléphonie mobile sur tout le continent. Cependant, le coût des connexions est encore élevé et l’accès à l’électricité non garanti, entre autres dans les régions rurales éloignées des côtes. Face à ces limitations, des innovations autour de technologies solaires adaptées aux contextes africains (chaleur, sécheresse, etc.) ont vu le jour et, pour l’édition numérique, plusieurs textes permettent d’identifier un marché émergent ainsi que des besoins de développement spécifiques : des offres d’éditeurs nationaux, en langues locales, déployées au moyen de logiciels libres s’avèrent particulièrement pertinentes.

En ce qui concerne les manuels scolaires numériques, le corpus présente quelques textes portant sur les spécificités de l’organisation des chaînes éditoriales (interventions de bailleurs de fonds) ainsi que sur les besoins en termes de développement d’une offre de ressources numériques adaptée. Le reste du corpus rappelle, à la lumière d’études concernant des pays riches, que ces questions ne sont pas beaucoup plus avancées dans ces contextes. Il met aussi en évidence l’existence de tensions relativement au développement de manuels scolaires numériques du fait de la démultiplication des licences et des formats et des gênes conséquentes pour la re-conception des ressources par les enseignants.

Pour les technologies mobiles et tactiles (les téléphones et les tablettes, entre autres), on a identifié, au moyen du corpus rassemblé, un « foyer d’enthousiasme » qui n’est pas sans évoquer les cycles classiques d’espoir et de désillusion qui caractérisent la diffusion des technologies en milieu éducatif. Ces appareils sont vus comme des moyens pertinents pour résoudre des problèmes d’accès, de suivi et de qualité des formations ainsi que comme des possibilités de changements en termes d’investissements : certains pourraient être détournés de l’équipement en ordinateurs vers l’amélioration des services de connexion ou la création de ressources numériques de qualité adaptées aux terminaux comme aux contextes d’utilisation de ces ressources. Cependant, les technologies mobiles souffrent de préjugés plutôt négatifs, liés en partie à la difficulté de contrôle de ces appareils.

En ce qui concerne les Ressources Éducatives Libres (REL), les textes rassemblés permettent de constater que, s’il en existe un certain nombre, leurs utilisations ne sont pas encore réellement favorisées par les institutions gouvernementales et éducatives de pays riches comme par celles des pays pauvres. Les REL peuvent être envisagées comme des moyens pour gérer l’accroissement des effectifs d’apprenants dans un contexte où les ressources humaines et financières n’augmentent pas. Pour les pays africains, on note un besoin de sensibilisation des éditeurs et des gouvernements en ce qui concerne ce type de ressources.

Enfin, les Tableaux Blancs Interactifs (TBI) ont déjà connu des phases de diffusion dans plusieurs pays africains et se sont vus adaptés aux différents contextes, notamment grâce à l’énergie solaire. Cependant, leur arrivée au sein des classes peut déstabiliser les maîtres, surtout s’ils ne sont pas accompagnés pour développer des pratiques tirant parti des nouvelles fonctionnalités. Les conditions d’acceptation du TBI (et des autres technologies) dépendent en partie du souhait et de la possibilité qu’ont les différents acteurs de changer leurs habitus professionnels et de développer une attitude de construction et de réflexion par rapport à leurs pratiques.

Perspectives

L’apport de la recherche dans le cadre de ce projet de veille aura surtout été relatif au choix, à la structuration et au traitement du corpus afin d’aménager une vision prospective au sujet de l’édition numérique scolaire en Afrique subsaharienne. Mais, afin de répondre pleinement aux exigences d’une telle entreprise, il conviendrait de dégager davantage de moyens et de suivre les prémisses posées par ce premier travail éditorial.

Si la mise en ligne de ces textes et l’animation du site via des débats ainsi qu’une alimentation des contenus au moyen de flux RSS permettront un premier pas vers l’approfondissement des réflexions issues de ce travail, il apparaît nécessaire, pour aller plus loin, de soutenir un projet étendu de recherches sur une base d’entretiens semi-directifs auprès d’un échantillon d’acteurs sélectionnés.

Pour citer cet article :

A. Beauné, G.-L. Baron, «  Édition numérique scolaire dans un cadre francophone, synthèse de la phase 1 d’un projet de veille scientifique », Adjectif [En ligne], mis en ligne le mercredi 25 juin 2014. URL : http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article296

Haut de page

PDF - 101.6 ko
Article version PDF

[1Cette visée prospective sera soutenue par l’expérience de projets antérieurs, notamment celle du projet ANR PREA2K30 : http://prea2k30.scicog.fr/.

[2Voir annexe 1 du document intégral, disponible sur l’archive Edutice : http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-01009460.


titre documents joints

Article version PDF

12 avril 2017
info document : PDF
101.6 ko

Accueil | Contact | En résumé | | Statistiques du site | Crédits photo | Visiteurs : 1181 / 1073698

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Etat des recherches  Suivre la vie du site Infrastructures, systèmes et politiques publiques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

Creative Commons License