L’impact des outils d’évaluation qualitative et du web 2.0 sur le développement et l’identification des compétences professionnelles des enseignants de langues

lundi 18 février 2013 par Frédérique Longuet

Cet article présente la synthèse de la thèse de Frédérique Longuet dirigée par Dominique Macaire et soutenue le 6 décembre 2012 à l’université Paris III Sorbonne Nouvelle.

Mots-clés : Didactique des langues / Construction identitaire professionnelle / Web 2.0 / Dialogisme / Interévaluation / Référentialisation des compétences professionnelles.

Contexte de la recherche

Notre thèse fait état d’une insatisfaction face au dispositif de 2006 sur l’évaluation des compétences professionnelles des enseignants de langues en contexte de formation hiérarchisé I.U.F.M. En effet, l’analyse de la démarche de formation et d’habilitation des enseignants de langues accompagnée par les nouveaux outils comme le référentiel des dix compétences professionnelles, le portfolio, révèle que la démarche d’évaluation retenue est en opposition forte avec une visée qualitative du développement professionnel et personnel. Elle ne favorise pas une démarche identitaire à travers la confrontation aux autres qui conduirait à une démarche de créativité et d’innovation pédagogique. Elle a essentiellement pour finalité d’amener les futurs enseignants de langues à se conformer aux prescriptions de l’État-employeur et elle aboutit ainsi à une uniformisation des pratiques des futurs enseignants de langues avec pour résultat l’effacement énonciatif des sujets en formation.

Notre analyse du dispositif d’évaluation des enseignants en contexte de formation hiérarchisé (celui de l’I.U.F.M.) a, par conséquent, suscité de nombreuses questions : comment un futur professionnel peut renoncer à ce qu’il est pour se construire une identité professionnelle ? Comment ce professionnel peut-il faire abstraction de son humanité et reproduire des schémas préétablis par des « experts », et n’être finalement qu’un applicateur de bonnes pratiques ? Comment passer d’une didactique prescrite à une didactique en acte, ouverte à la pluralité des pratiques pour construire la professionnalité ? Quel processus de formation mettre en place pour rendre un futur enseignant acteur social responsable de sa formation professionnelle ? Comment modifier le rapport des futurs enseignants à l’apprentissage et par conséquence, celui des élèves ?

Pour répondre à ces interrogations, nous avons imaginé un dispositif de formation dans lequel l’apprentissage est expérientiel et l’évaluation socialement partagée. Nous sommes partis du postulat suivant : la démarche d’évaluation qualitative socialement partagée associée à l’agir créatif rend possible la prise de conscience de soi. Elle devrait permettre une lecture et une analyse du développement des compétences professionnelles.

Ainsi, notre recherche propose d’explorer, dans le cadre de l’universitarisation de la formation professionnelle, une formation fondée sur une évaluation socialement partagée portée par une dynamique de création pédagogique dialoguée et les processus de référentialisation des compétences professionnelles en cours de développement. Elle s’appuie sur une conviction forte et une vision philosophique existentialiste, à savoir l’enseignant de langues ne saurait être un simple exécutant qui suivrait les bonnes pratiques définies par des experts. Pour nous, la qualité première d’un enseignant de langues est sa capacité à créer des conditions d’apprentissage. Nous plaçons l’innovation et la création au cœur même du métier.

Notre recherche pose comme postulat la créativité pédagogique comme voie vers la connaissance de soi et de ses potentialités. Elle propose une démarche de recherche création pédagogique à partir des démarches de recherche dans le domaine artistique, en particulier la démarche de recherche création, forme de recherche-action décrite par Gosselin (2009). Tout comme l’artiste utilise son œuvre pour dire son cheminement depuis l’idée jusqu’à la création, l’enseignant dévoile par la création pédagogique les chemins pluriels empruntés à travers un dialogue avec soi et avec l’Autre.

Nous nous intéressons au travail de médiation sémiotique de la création et à la construction de l’intersubjectivité dans la création pédagogique pour favoriser l’émergence de connaissances auto-socio-construites. Dans la recherche création pédagogique tout comme dans la recherche création artistique, nous avons à la fois l’œuvre en tant que telle et les productions textuelles individuelles et collectives suscitées par les multiples interactions autour de la création pédagogique. Dans notre cas, les outils du web 2.0, qui permettent de laisser des traces, montrent le développement d’acquis conceptuels nouveaux. Le processus de création est accompagné par des outils dialogiques. Dans notre recherche, l’œil du chercheur se pose sur le processus de création dialogué, sur le construire en situation de création. Notre recherche renvoie au paradigme socioconstructiviste selon lequel les individus construisent socialement leur propre réalité et elle rejette ainsi le paradigme positiviste qui considère la réalité sociale comme extérieure aux individus. Elle s’intéresse à ce qui ne peut s’exprimer en termes quantifiables, aux qualités sensibles perceptibles de manière subjective pour apporter des connaissances professionnelles nouvelles. Elle vise à décrire et comprendre l’engagement des individus dans leur démarche de construction identitaire professionnelle. De ce fait, nous avons fait le choix épistémologique d’une démarche inductive.

Problématique

La question qui parcourt la thèse est la suivante : une démarche de projet réflexive, enrichie par les outils du web 2.0 et de l’évaluation qualitative, peut-elle accompagner le développement des compétences professionnelles nécessaires aux futurs enseignants de langues en formation universitaire initiale (master) ?

Construit théorique

Le construit théorique a émergé au fur et à mesure du déroulement de la recherche. Il concerne, d’une part, la professionnalisation des enseignants de langues à partir des réflexions développées en sciences de l’éducation (Schön, Bourdoncle, Perrenoud, Paquay, Vanhulle), et, d’autre part, la notion de référentiel professionnel et surtout la référentialisation professionnelle (Figari, Perrenoud, Rey, Lenoir). Il s’inscrit également en sciences du langage avec, en didactique des langues, la question du sujet/acteur social en particulier dans le cadre de la perspective actionnelle et des réseaux sociaux du web 2.0, mais aussi dans le cadre des projets créatifs comme le théâtre et les projets TICE (Wenger, Dillenbourg, Chanier & Carlier, Daele & Audran, Coste, Beacco, Candelier, Springer, Aden). Enfin, l’énonciation et le dialogisme (Bakhtine/Voloshinov, Rabatel, Bres, Reinert) ont permis de développer une analyse qualitative du corpus doublée d’une analyse de discours assistée par ordinateur (Iramuteq).

Cadre méthodologique et résultats

La recherche inductive qui a été mise en place s’intéresse au discours évaluatif de trois promotions d’étudiants : une promotion de professeurs stagiaires PLC2 germanistes en contexte hiérarchisé I.U.F.M. et deux promotions d’étudiants en master enseignement premier degré option mobilité. Le corpus collecté est varié : journaux de bord, échanges sur le forum, blogues communautaires, monographies, entretien collectif, création des enseignants et des élèves.

Écrits individuels et collectifs Formes lexicales étudiées Occurrences
38 Journaux
9 Forums  1279 4707
9 Blogues  5215 30595
17 Wikis 3342 24427
Entretien collectif Formes lexicales étudiées Occurrences
Focus groupe (41minutes et 29 secondes) 1031 4191
Création artistique des enseignants et des élèves allemands apprenant le FLE à l’école primaire
Élèves de la 4ème classeClasse bilangueBaden-Baden Apprentissage du FLE dès le CP. Quatrième année. E-book enseignant : Un petit graffeur à Paris.E-book élève : La galerie du petit graffeur.
Élève de la 6ème classeBerlin Apprentissage du FLE dès le CE2. Quatrième année. E-book enseignant : Jeunes stylistes à vos crayonsCréation élève : défilé de mode à Paris

Le prélèvement opéré s’est fait en cohérence avec la question principale de recherche (quel est l’impact des outils d’évaluation qualitative et du web 2.0 sur le développement et l’identification des compétences professionnelles des enseignants de langues) et les questions sous-jacentes : les outils d’évaluation qualitative sont-ils en soi qualitatifs ? Les outils d’évaluation qualitative et du web 2.0 permettent-ils de faire émerger les compétences professionnelles ? L’évaluation sociale interne à toute communauté de pratique professionnelle suffit-elle à documenter la qualité des compétences professionnelles ?

Les données prélevées ont fait l’objet d’une analyse linguistique et discursive à partir des propositions de Rabatel et de Bres. Les travaux de Bakhtine et de Voloshinov, quant à eux, ont clarifié le cadre dialogique et précisé l’importance de l’évaluation sociale dans le dialogisme. L’analyse a été renforcée par une analyse lexicométrique fournie par le logiciel Iramuteq.

La première étape de notre recherche s’est attachée à analyser l’un des outils de l’évaluation qualitative, le journal de bord, utilisé dans le contexte hiérarchisé de l’ I.U.F.M. (discours sur le stage professionnel) et de la mastérisation (discours sur la création pédagogique et la mobilité professionnelle) à partir des théories du développement professionnel, de la réflexivité et de l’évaluation formative développées par des chercheurs comme Schön, Perrenoud, Paquay, Vanhulle, Scallon etc.

L’analyse a montré, dans le cadre d’une linguistique de l’énonciation, que cet outil dit d’évaluation qualitative peut ne pas l’être : tout dépend du contexte et de l’usage que l’on en fait. L’analyse a révélé que le journal est un outil qualitatif à condition que la subjectivité puisse se réaliser. Elle a montré que la réflexivité se construit dans le rapport des sujets à une culture étrangère ou à la création, que le qualitatif provient de l’intersubjectivité inhérente à l’activité de langage où les actes d’appréciation des sujets s’entremêlent. Ces premiers résultats ont confirmé d’autres résultats de recherches menées en didactique des langues par Causa, Guichon ou en sciences de l’éducation par Vanhulle, Jorro sur la réflexivité dans les journaux de bord. Enfin, ils ont constitué le ferment nécessaire à une nouvelle orientation, c’est-à-dire à l’émergence de théories ancrées comme les théories de l’interaction verbale, de l’énonciation et du dialogisme. C’est ainsi que le construit théorique a pu être clarifié avec un glissement fondamental du réflexif vers le dialogique.

Le design émergent a orienté notre recherche vers le discours évaluatif du sujet parlant. Ce nouveau cadrage a permis de postuler que ce ne sont pas les outils qu’il faut faire évoluer mais le contexte. Il nous a permis de nous éloigner du positionnement des chercheurs précédemment cités qui cherchent à améliorer les usages des outils dits réflexifs en proposant une rationalisation de la démarche réflexive ou une formation à l’écriture pour développer la figure du praticien réflexif définie par Schön. Ce nouveau cadrage nous a incitée à modifier le contexte de formation et à nous intéresser à une nouvelle figure de praticien qui émerge de la première collecte et analyse des données, celle du praticien dialogique.

C’est sur cette base que s’est construite notre deuxième étape de recherche. Les outils du web 2.0 (forums, blogues communautaires, wikis) ont favorisé le développement de nouveaux concepts tels que la subjectivité, la communauté de pratique, la culture partagée, la socialisation. Le forum, le wiki et le blogue communautaire ont constitué des écrits sociaux interactifs impliquant un co-engagement et une action sociale partagée qui permettent de dépasser la dimension individuelle de l’écriture propre aux journaux.

La seconde étape de recherche a donc été consacrée à l’analyse des données issues de dispositifs de création pédagogique organisés autour des outils du web 2.0.

Les méthodologies d’analyse retenues pour rendre compte des échanges au sein de la communauté de pratique nous ont permis de nous placer au niveau de l’énonciation et du dialogisme dans le cadre de l’analyse des écrits collectifs afin de repérer les traces de l’intersubjectivité à travers les marqueurs dialogiques. L’approche méthodologique a porté sur les liens dialogiques qui s’établissent entre les locuteurs, sur la variation du positionnement intersubjectif des futurs enseignants.

L’analyse des écrits collectifs a révélé d’une part l’éclosion de la parole au sein d’une communauté de pratique qui se constitue et se cristallise au fur et à mesure de l’avancée du projet et, d’autre part, le rôle de l’évaluation sociale partagée dans la mise en forme des idées, dans les choix didactiques et, par conséquent, dans le développement de l’identité professionnelle. C’est dans l’espace dialogique et social que se construit la référentialisation des compétences professionnelles par les futurs enseignants. La construction de l’identité professionnelle suppose en effet un rapport à soi et aux autres, c’est-à-dire une interrelation. Elle se construit à travers l’interaction personnelle du sujet avec les autres.

Les résultats ont montré que l’évaluation qualitative est inhérente au dialogisme. L’interévaluation est de ce fait le moteur de la dynamique de la construction identitaire. Elle est la clé du processus de développement de l’identité professionnelle.

Pour le dire autrement, notre recherche montre que le développement de l’identité professionnelle émane de l’interévaluation favorisée par l’action dialoguée.

Discussion-perspectives

Notre thèse permet de proposer plusieurs arguments et plusieurs hypothèses :

  • La première hypothèse postule que l’évaluation qualitative se situerait au sein même du dialogisme émanant de toute communauté de pratique motivée par un but, qu’elle serait inhérente et naturelle à toute communauté sociale.
  • La deuxième suggère que les sujets se formeraient à travers l’interévaluation de leurs expériences partagées.
  • La troisième consiste à dire que la perspective dialogique confèrerait une nouvelle dimension aux outils d’évaluation qualitative.
  • La quatrième pose que l’enseignant professionnel serait avant tout un praticien dialogique. Notre recherche appelle de nouveaux travaux pour mieux identifier le processus en jeu dans une professionnalisation portée par le dialogisme. La suite de cette recherche consistera à développer ces nouveaux arguments théoriques.

Références bibliographiques principales

  • Achouche, M., Figari, G. (2001). L’activité évaluative réinterrogée. De Boeck Université.
  • Aden, J. (2009). L’activité artistique à l’école : refonder l’acte d’apprendre. Synergies Europe. 4, 173-180.
  • Bakhtine, M. (1984). Esthétique de la création verbale. Seuil.
  • Beacco, J.-C. (2005). Langues et répertoires de langues : le plurilinguisme comme « manière d’être » en Europe. Conseil de l’Europe.
  • Bres, J. (1999). Vous les entendez ? Analyse du discours et dialogisme. Modèles linguistiques. XX (2).
  • Bres, J., Mellet, S. (2009). Une approche dialogique des faits grammaticaux. Langue française. 2009/3, 163, 3-20. Armand Colin.
  • Bourdoncle, R. (1993). La professionnalisation des enseignants : les limites d’un mythe. Revue Française de Pédagogie. 105, 83-119.
  • Candelier, M. (2008). Approches plurielles, didactiques du plurilinguisme : le même et l’autre. Cahiers de l’Acedle. 5 (1), 65-90.
  • Cartier, J., Chanier, T. (2006). Communauté d’apprentissage et communauté de pratique en ligne : le processus réflexif dans la formation des formateurs. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire.
  • Causa, M. (2007). Un outil pour apprendre à se former : le Journal de formation. Le Français dans le Monde. Recherches et Applications. Numéro spécial, 169-179.
  • Coste, D. (2010). Diversité des plurilinguismes et formes de l’éducation plurilingue et interculturelle. Cahiers de l’Acedle, 7 (1), 141-165.
  • Daele, A. (2009). Socialisation des enseignants au sein d’une communauté virtuelle. Analyse d’un cas. Revue de l’éducation à distance. 23 (1), 1-18.
  • Dillenbourg, P., Poirier, C., Carles, L. (2003). Communautés virtuelles d’apprentissage : e-jargon ou nouveau paradigme ? In Taurisson, A. et Sentini, A. Pédagogies. Net. Montréal Presses.
  • Figari, G. (1994). Évaluer : quel référentiel ? De Boeck Université.
  • Gosselin, P., & Coguiec, E. L. (2009). La recherche création : Pour une compréhension de la recherche en pratique artistique. PUQ.
  • Guichon, N. (2007). Le journal de conception : un outil de construction de la compétence professionnelle [hal-00355862, version 1].
  • Huver, E., Springer, C. (2011). L’évaluation en langues. Didier.
  • Lenoir, Y. (2010). La notion de référentialité dans la formation à l’enseignement. Apports et limites. Recherche et Formation. 64, 91-104.
  • Lenoir, Y. (2011). Le référentiel de compétences en formation : une panacée, un obstacle, une dérive, un électrochoc, une avancée ? Colloque « Outils pour la formation, l’éducation et la prévention », 6 juin 2011. 1-18.
  • Malet, R. (1998). L’identité en formation. Phénoménologie du devenir enseignant. L’Harmattan.
  • Malet, R. (2000). Sujet et héros du récit biographique. L’exemple des histoires de vie enseignantes. Repères. 21, 165-184.
  • Malet, R. (2000). Savoir incarné, savoir narratif. Recherche phénoménologique et formation de l’enseignant-sujet. Revue française de pédagogie. 132, 43-53.
  • Paquay, L., Altet, M., Charlier, E., Perrenoud, P. (2001). Former des enseignants professionnels. Quelles stratégies ? Quelles compétences ? De Boeck Université.
  • Paquay, L. (2004). L’évaluation des enseignants et de leur enseignement : pratiques diverses, questions multiples ! In Paquay, L. L’évaluation des enseignants : tensions et enjeux. L’Harmattan.
  • Perrenoud, P. (2001). Développer la pratique réflexive dans le métier d’enseignant. ESF.
  • Rabatel, A. (2004). L’effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques. Langages. 156, 3-17.
  • Rabatel, A. (2008). Retour sur les relations entre locuteurs et énonciateurs Des voix et des points de vue. Consulté le 5 juillet 2012, de http://halshs.archivesouvertes.fr/view_by_stamp.php?&halsid=mr4d7f6l58cfov87sldtti2f60&label=SHS&langue=fr&action_todo=view&id=halshs00504918&version=1&view=extended_view
  • Reinert, M. (2007). Postures énonciatives et mondes lexicaux stabilisés en analyse statistique de discours. Langage et société. 2007/3, 121-122, 189-202.
  • Rey, B. (2010). Les référentiels. Recherche et Formation. 64, 1-12.
  • Schön, D. (1996). Le tournant réflexif. Pratiques éducatives et études de cas. Éditions Logiques.
  • Scallon, G. (2000). L’évaluation formative. De Boeck Université.
  • Scallon, G. (2004). L’évaluation des apprentissages dans une approche par compétences. De Boeck Université.
  • Vanhulle, S. (2005). Favoriser l’émergence du « je » professionnel en formation initiale : une étude de cas. Revue des sciences de l’éducation. 31 (1), 157-176.
  • Vanhulle, S. (2009). Évaluer la professionnalité émergente des futurs enseignants : un pari entre cadres contraignants et tensions formatives. In Mottier Lopez, L & Crahay, M. (dir.). Évaluations en tension. De Boeck Université.
  • Voloshinov, V. N. (2010). Marxisme et philosophie du langage. Les problèmes fondamentaux de la méthode sociologique dans la science du langage. Lambert-Lucas.
  • Wenger, E. (2005). La théorie des communautés de pratique. Apprentissage, sens et identité. Les Presses de l’université Laval.

Accueil | Contact | En résumé | | Statistiques du site | Crédits photo | Visiteurs : 634 / 357747

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Etat des recherches  Suivre la vie du site Langues, francophonie et TICE   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License